24 HEURES - Le samedi 10 décembre 2016

Une saine compétition devant le filet

14/12/2015 22h50 

Ci-contre, Dustin Tokarski et Mike Condon.
Photo Martin Chevalier / Agence QMI

BROSSARD - Depuis le départ de Jaroslav Halak au mois de juin 2010, il n'y a pas de suspense pour l'identité du gardien partant. C'est l'équipe et le filet de Carey Price. Avec Price à l'infirmerie pour encore quelques semaines, il y a maintenant une lutte qui se dessine entre Mike Condon et Dustin Tokarski.

Au premier séjour de Price sur la liste des blessés du 30 octobre au 19 novembre, Condon a enfilé son masque et ses jambières pour neuf rencontres d'affilée. Rappelé de St-John's, Tokarski n'avait pas reçu un seul départ.

Cette fois, il ne s'agit pas de la même histoire. Après six autres départs consécutifs, Condon a cédé son filet à Tokarski depuis la visite du Tricolore à Detroit.

Tokarski en sera à une troisième rencontre de suite, contre les Sharks de San Jose.

Chez le Canadien, on ne parle pas d'une bataille pour le poste de partant en l'absence de Price, mais plus d'une saine compétition.

«Il y a toujours de la compétition au niveau de la LNH, a rappelé Michel Therrien. Mais, je trouve que c'est une compétition saine. Nous aimons ce que nous voyons de Dustin. Il est solide et il joue avec confiance. Au dernier match, nous avons connu un excellent départ en égalant un record d'équipe avec 27 tirs en première, mais si Ticker n'avait pas fait son gros arrêt [Mike Hoffman] en début de rencontre, nous aurions peut-être parlé d'un début différent.»

Un bagage important

En quelques jours seulement, Tokarski a regagné la confiance de ses entraîneurs. Il partait de loin en raison de son mauvais camp et d'une fin de saison difficile l'an dernier dans le rôle d'adjoint à Price.

«Tokarski est un gardien avec un gros bagage d'expérience, a souligné Therrien. On peut regarder sa carrière chez les juniors, il a remporté la médaille d'or au Mondial junior avec l'équipe canadienne et il a gagné dans la Ligue américaine. Il a aussi participé aux séries contre les Rangers il y a deux ans.»

«Dans le cas de Mike Condon, il a un parcours complètement différent, a poursuivi l'entraîneur-chef. Il sort pratiquement de l'université. Il y a deux ans, il jouait dans la ECHL. Il n'a pas le même vécu comme athlète. Il faut quand même gérer cette situation.»

Un jour à la fois...

Encerclé par un bon groupe de journalistes après l'entraînement des siens, Tokarski a offert un condensé de réponses clichées.

«Je me concentre seulement à aider cette équipe à gagner, a-t-il dit. Pour y arriver, je dois travailler fort lors des entraînements.»

«C'est un bon sentiment quand tu aides l'équipe à obtenir une victoire. Nous nous retrouvions au cœur d'une petite période sombre et c'était bon de rebondir contre les Sénateurs. C'est bien de bien jouer. J'étais heureux de signer une victoire, j'avais passé proche contre les Red Wings.»

Une fois le départ des caméras, Tokarski a fait une toute petite confession. Il n'était pas heureux de son sort à la conclusion du camp.

«J'étais mécontent et je dirais que j'étais frustré contre moi. Mes performances au camp m'ont coûté mon poste avec le Canadien. Je prends ça une journée à la fois depuis ce jour.»

Tokarski a aussi évité le piège de parler d'une bataille contre Condon.

«Je n'y pense même pas, a-t-il répliqué. Je ne regarde pas plus loin que la prochaine heure devant moi. Comme je l'ai dit, je garde une philosophie d'une journée à la fois et je travaille fort lors des entraînements. Nous verrons ce que la prochaine journée me procurera.»

Condon reste calme

Dans un autre coin du vestiaire, Condon n'a pas créé de vagues.

«C'est bon d'avoir une compétition à l'interne, a souligné l'ancien de l'Université Princeton. C'était la même histoire dans la ECHL, la Ligue américaine ou la LNH. Je devrai toujours me battre pour conserver ma place. Il y a toujours deux gardiens dans une équipe et il y aura toujours une lutte. C'est bon pour nous deux, c'est une bonne compétition.»

«Si je dois en retirer du positif, c'est que j'ai eu l'occasion de me reposer, a-t-il enchaîné. Malgré cela, je ne connais pas un seul gardien qui ne cherche pas à obtenir le plus de départs possible. Je ne souhaitais pas sortir du filet.»

 
 

Incontournables