24 HEURES - Le lundi 5 décembre 2016

La fierté de Pascal Dupuis

14/12/2015 17h20 

Pascal Dupuis, en conférence de presse.
Photo John Altdorfer/Agence QMI

Pendant la majeure partie de sa carrière, Pascal Dupuis a été considéré comme un joueur de soutien plus qu'autre chose. Chez les Penguins de Pittsburgh, le Québécois, jamais repêché par une équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH), aura terminé sa carrière comme un allié inestimable de la vedette Sidney Crosby.

«Je suis fier d'y être arrivé, a déclaré Dupuis, qui a bien refoulé ses émotions, lundi, lors de la conférence de presse officialisant sa retraite. J'ai prouvé aux gens ce dont j'étais capable.»

L'attaquant de 36 ans a annoncé son départ du hockey professionnel, mardi dernier, citant des raisons médicales.

«J'ai toujours été fier de faire mentir les gens, a déclaré celui ayant surpris le monde de la LNH en effectuant un retour à la compétition après ses premiers ennuis de santé. C'est ma façon d'aborder les choses, soit de montrer aux sceptiques qu'ils ont tort. (...) Par exemple, quand je suis arrivé ici en 2008, certains croyaient que j'étais seulement là pour transporter les bâtons et l'équipement de Marian Hossa (impliqué, tout comme Dupuis, dans une transaction avec les Thrashers d'Atlanta). Je fus plutôt une pièce du casse-tête ayant permis à cette organisation de connaître du succès.»

Dupuis a disputé 18 parties cette saison, tout en prenant des médicaments visant à diluer son sang, lui qui a souffert de caillots de sang au poumon, l'an passé. Pour cette raison, il avait d'ailleurs été limité à 16 rencontres en 2014-2015. Son nom a été placé sur la liste des blessés. Il sera éventuellement ajouté à la liste des blessés à long terme.

Rechute

Cette saison, Dupuis a notamment dû être hospitalisé avant un match contre les Oilers à Edmonton, début novembre.

Ces dangereux problèmes de santé justifient amplement la décision de Dupuis; le respecté attaquant aurait mis sa vie en péril.

«Les deux dernières semaines ont été différentes pour moi en tant que hockeyeur. Je commençais à être hésitant sur la glace. Je jouais en essayant de ne pas ignorer les symptômes. Mais, depuis ces quelques incidents, je tentais d'écouter mon corps. On ne peut jouer au hockey dans de telles conditions.»

«Annoncer mon choix à ma famille était plus facile que je ne le pensais. C'est la bonne décision et c'était un beau moment, a-t-il ajouté.

«Le plus difficile est de chasser l'idée que tu laisses tomber tes coéquipiers en arrêtant. En discutant avec plusieurs personnes, tous m'ont dit que c'était la chose à faire et que tout le monde se préoccupait de mon état de santé.»

Un futur relié au hockey

Même s'il a choisi la retraite en tant que joueur, Dupuis souhaite demeurer dans l'entourage de l'équipe.

«Je veux définitivement rester à Pittsburgh afin d'aider cette formation à gagner, a-t-il admis. Je ne sais pas quels besoins peuvent être comblés. J'aurai un entretien avec (le directeur général) Jim (Rutherford) la semaine prochaine pour qu'on puisse définir mon rôle.»

Le Lavallois a porté l'uniforme du Wild du Minnesota, des Rangers de New York, des Thrashers et des Penguins au cours de sa carrière de plus de 15 saisons dans la LNH. Il a pris part à 871 matchs, amassant 190 buts et 409 points.

 
 

Incontournables