24 HEURES - Le mardi 21 octobre 2014

Rien n'est acquis

05/05/2014 17h19 

Patrice Bernier
Photo Joel Lemay / Agence QMI
MONTRÉAL - L'Impact de Montréal amorcera la défense de son titre canadien mercredi en visitant le FC Edmonton dans la capitale albertaine.


Le milieu de terrain Patrice Bernier a cependant rappelé, lundi, que rien n'était acquis et que la compétition 2014 en était une nouvelle.

«Oui, on est champion canadien, mais il faut réaliser que c'était l'année passée. Le titre n'est pas donné cette fois», a insisté le capitaine.

Ce dernier ajoute que l'Impact a la chance de donner le ton à cette série aller-retour, qui se conclura mercredi prochain au stade Saputo.

«Si on peut donner le ton et sortir avec un bon résultat de ce match, ce sera de bon augure.»

Inconnu

L'Impact se lance un peu dans l'inconnu en affrontant un adversaire qu'il n'a pas vu depuis sa dernière saison en North American Soccer League, en 2011, et qui a beaucoup changé depuis.

«C'est différent, on ne sait pas à quoi s'attendre, mais on a fait nos devoirs et on ne va pas les prendre à la légère», a assuré le défenseur Karl W. Ouimette qui devrait obtenir un quatrième départ de suite.

Bernier connaît l'entraîneur Colin Miller et sait comment il prépare ses équipes.

«Je connais l'entraîneur et c'est un gars qui demande beaucoup de ses joueurs. Ça va être un match exigeant sur le plan de l'intensité, donc la présence des jeunes peut être positive.»

Forte rotation

L'Impact entame la portion la plus chargée de son calendrier avec au moins six rencontres au mois de mai et un de plus le 29 s'il atteint la finale, soit contre le Toronto FC ou les Whitecaps de Vancouver.

Cet agenda bien rempli forcera l'entraîneur-chef Frank Klopas à jouer avec son effectif.

«Nous devons voir qui est le plus en forme afin de mettre le meilleur club sur le terrain», a-t-il d'abord précisé.

Il pourrait être tenté de faire confiance à la même formation qui l'a emporté contre l'Union de Philadelphie, mais il ne semble pas privilégier cette option.

«La continuité est importante, mais des facteurs peuvent l'influencer. Quand tout le monde est en santé et qu'on ne joue qu'une fois par semaine, c'est plus facile.»

 
 

Incontournables