24 HEURES - Le samedi 19 avril 2014

LHJMQ

Les Remparts s'inclinent face à l'Armada

02/02/2013 23h11 

L'Armada a eu le dessus sur les Remparts, samedi.
Photo Agence QMI - Didier Debusschère

QUÉBEC - Patrick Roy voulait voir ses leaders se lever contre l'Armada de Blainville-Boisbriand, mais il n'a pas eu entière satisfaction et il ne s'est pas gêné pour en faire part aux membres de la presse, après la défaite de 3-2 des Remparts de Québec, samedi au Colisée Pepsi.

«Je pourrais faire semblant de dire que je suis content de l'ensemble de notre match, mais ce n'est pas assez, a-t-il mentionné. Nos deux premiers trios doivent être meilleurs que ça et ils doivent générer plus d'offensive.»

Danick Martel, de l'Armada, a profité d'une faiblesse du gardien François Brassard en milieu de première période pour ouvrir le pointage. Cependant, Nick Sorensen, sur un bel effort en infériorité numérique, a égalé la marque.

Une pénalité pour avoir eu trop d'hommes sur la patinoire a permis aux visiteurs de reprendre l'avance en fin d'engagement avec un beau tir de Marc-Olivier Roy.

Le seul but du deuxième tiers a été inscrit à la suite d'une excellente pièce de jeu d'Adam Erne, en supériorité numérique.

Le but décisif, celui de Marcus Hinds, a été compté au début du troisième vingt, au grand dam de Jason Houde, qui fulminait après la séquence. «Une erreur de communication, un jeu pourtant très simple», a-t-il décrié.

Le troisième trio ne peut sauver l'équipe à tous les soirs et dans le portrait global, Roy pointait ses joueurs étoiles.

Pas assez d'attaque

«Je comprend que François accorde un mauvais but par match ces temps-ci et que le premier but peut faire mal, mais on se doit d'être plus dangereux en attaque.

«Nos meilleurs joueurs sont Erne, Duclair, Sorensen, Shaw et ce sont eux qui doivent transporter l'équipe, ainsi que Carrier et Lefebvre à la défense, mais à la fin, tu vois que Sorensen a eu deux tirs dangereux, tous deux sur la même séquence en infériorité numérique.

Erne a eu deux bons lancers, en supériorité numérique, Shaw un seul et Duclair un, à la toute fin. Ce n'est pas suffisant.

«Ce sont ces joueurs qui doivent nous amener à un autre niveau. Erne, Sorensen et Duclair sont en période d'apprentissage, mais Shaw à 20 ans, on a besoin de lui. Lorsqu'il joue comme il l'a fait à Cap-Breton et à Halifax, nous sommes du côté des gagnants.»

«Je ne peux demander à mon troisième trio de marquer deux buts par match. Ça doit venir de mon noyau», a conclu Roy.

 
 

Incontournables