24 HEURES - Le mardi 21 octobre 2014

Hockey

Le CH célèbre les grands retours

02/02/2013 17h00 - Mise à jour 02/02/2013 19h43

P.K. Subban
Photo Richard Wolowicz/Getty Images/AFP
Deux buts pour David Desharnais et trois points pour Lars Eller. Décidément, il n'y avait pas que P.K. Subban qui était de retour, samedi.

Les Sabres de Buffalo, qui se sont présentés sur la glace du Centre Bell les jambes molles, ont fait les frais d'une performance pratiquement sans faille du Canadien de Montréal, vainqueur au compte de 6-1.

«Notre mauvais match est vraiment un effort collectif», a lancé l'entraîneur-chef des visiteurs, Lindy Ruff, au terme de cette gênante défaite.

Le retour de P.K.

Gagez que c'était la dernière fois que Ruff amenait ses joueurs, littéralement absents durant l'engagement initial, dans la métropole québécoise la veille d'un match. Toutefois, avec une rencontre disputée en après-midi, il était difficile de faire autrement.

«Si ça n'avait pas été de [Ryan] Miller en première période, le résultat aurait été bien pire», a-t-il ajouté, précisant qu'il avait retiré son gardien numéro 1 au terme du deuxième vingt pour lui éviter de subir davantage la mauvaise tenue de ses coéquipiers.»

Un seul tir

Sa troupe est sortie de manière amorphe. Les Sabres n'avaient dirigé qu'un seul tir sur Carey Price, auteur de 30 arrêts, lorsque Rene Bourque a ouvert la marque avec huit secondes à écouler au vingt initial.

Le gros attaquant s'est dirigé vers le filet de Miller comme une flèche avant d'accepter le relais de Brian Gionta.

«Je sais que si je me pointe le nez au filet, Gionta et [Tomas] Plekanec mettront la rondelle sur la palette de mon bâton», a indiqué Bourque, nommé deuxième étoile de la rencontre.

L'Albertain a utilisé la même recette au début du troisième tiers, redirigeant cette fois la passe de Plekanec derrière Jhonas Enroth, venu en relève à Miller.

«Dans les deux sens de la patinoire, c'est notre trio le plus constant, a vanté l'entraîneur du Tricolore, Michel Therrien, en parlant de la ligne de Plekanec. Depuis le début de la saison, ces trois joueurs se sont révélés des leaders au sein de notre formation.»

Deux buts en 28 secondes

Si ce trio fut fidèle à ce qu'il nous offre depuis le début de la saison, on a enfin eu droit au réveil de celui de Desharnais.

Le Québécois est enfin parvenu à briser la glace, au milieu du deuxième engagement, à l'aide d'un tir décoché depuis le cercle des mises en jeu.

Desharnais a fait scintiller la lumière rouge pour la première fois depuis le 14 mars dernier.

«Je sentais que ça s'en venait, a-t-il soutenu. Ça fait du bien d'avoir un bon match. C'est sans aucun doute mon meilleur de la saison.»

Sur la séquence, Eller a obtenu son premier point en 2013.

Passe à l'aveuglette

S'il lui a fallu cinq parties pour noircir la feuille de pointage une première fois, le Danois n'a eu besoin que de 28 secondes pour répéter l'expérience.

Eller a profité d'une superbe entrée de zone d'Alex Galchenyuk pour s'approcher de Miller et glisser la rondelle entre ses jambières.

«Alex a dit qu'il m'a vu, mais je ne le crois pas», a-t-il indiqué à propos de l'ingénieuse passe de l'Américain.

La recrue, qui a participé au troisième filet de la saison de Brendan Gallagher plus tôt dans la rencontre, en était à un troisième match de deux points depuis le début de sa carrière.

Quant à Eller, il allait de nouveau appuyer Desharnais, tard au troisième vingt.

Après Subban, Pacioretty?

En raison du retour de Subban, Therrien a utilisé 11 attaquants et sept défenseurs. L'occasion était belle pour laisser Ryan White de côté, lui dont l'indiscipline a coûté cher à son équipe, mercredi à Ottawa.

Le fougueux attaquant a rejoint Yannick Weber sur la passerelle. Le défenseur suisse a maintenant été exclu de la formation dans six des sept matchs de l'équipe cette année.

Après le retour de Subban, on pourrait bien assister à celui de Max Pacioretty, dimanche après-midi, lors de la visite des Sénateurs.

«Il s'est entraîné hier [vendredi] et aujourd'hui. On verra demain [dimanche matin]», a déclaré Therrien.

Dans les premiers instants de la troisième période, Thomas Vanek a privé Price d'un jeu blanc, lors d'une infériorité numérique. À ce moment, le Canadien menait 5-0.


 
 

Incontournables