24 HEURES - Le samedi 1er novembre 2014

Hockey | CMHJ

Le Canada demeure parfait

31/12/2012 11h30 - Mise à jour 31/12/2012 12h16

Ryan Murphy (gauche) célèbre avec son coéquipier Dougie Hamilton (droite).
Photo Mark Blinch / Reuters
OUFA, Russie - Steve Spott a décidément bien motivé sa formation alors qu'Équipe Canada junior a défait la Russie par la marque de 4-1, lundi, au Championnat mondial de hockey junior à Oufa en Russie.

L'entraîneur-chef unifolié a modifié ses trios pour l'occasion et a réaffirmé sa confiance envers le gardien de but Malcolm Subban. Spott a eu la main heureuse alors que le Canada a conservé sa fiche immaculée lors du tournoi à la ronde et a du même coup obtenu son laissez-passer pour la demi-finale. L'équipe affrontera les représentants américains ou tchèques lors de cette rencontre à élimination directe.

Subban a encore une fois été solide devant la cage canadienne et représente bien ce que les entraîneurs aiment rappeler depuis le début du tournoi : s'améliorer après chaque partie.

Plusieurs réclamaient de Spott qu'il donne une chance à Jordan Binnington après le camp d'entraînement médiocre de Subban et les six buts qu'il a accordés aux Allemands et aux Slovaques lors des deux premiers duels du Canada.

La performance des gardiens a été fortement contestée depuis les trois dernières années et Spott a été bien clair que Subban serait son homme. C'était une stratégie pour éviter d'aborder le sujet pendant la compétition.

Un peu plus tôt, Ron Tugnutt, qui agit à titre de consultant des gardiens de but pour Équipe Canada junior, avait pris la défense du jeune gardien. Et Subban a bien répondu en n'accordant que deux buts face aux Américains et aux Russes.

Seul le précis tir des poignets de Nikita Kucherov a réussi à le déjouer contre les favoris locaux. Il a également stoppé Vladimir Tkachyov alors que ce dernier a obtenu un tir de pénalité avec 19 secondes à jouer à la partie. Au total, il a bloqué 21 des 22 tirs dirigés vers lui.

«Je voulais terminer la rencontre en beauté», a indiqué Subban, après le match.

Spott a également promu le jeune attaquant de 17 ans des Mooseheads de Halifax, Jonathan Drouin, sur le premier trio en compagnie de Ryan Nugent-Hopkins et Mark Scheifele. Le Québécois Jonathan Huberdeau a travaillé, quant à lui, avec la seconde unité d'attaquants. Ce dernier a marqué le quatrième but des siens, dans un filet désert

Spott espérait obtenir un peu plus de puissance offensive. Le tout a rapporté, puisque Nugent-Hopkins a amassé trois mentions d'aide, pour augmenter son avance en tête des pointeurs du tournoi avec 11 points en quatre parties, alors que Scheifele et Drouin ont tous les deux marqué. Le défenseur Dougie Hamilton a été l'autre représentant unifolié à faire bouger les cordages. Le gardien de but russe a dû se surpasser face aux attaques canadiennes, réussissant 45 arrêts.

Même si Drouin n'est pas aussi mature physiquement que certains de ses coéquipiers, il est solide sur ses patins et manie très bien la rondelle lorsque l'espace se fait rare. Il a très bien complété les efforts de Nugent-Hopkins et a frappé à plusieurs reprises à la porte de la cage défendue par Makarov. Drouin a d'ailleurs été élu le joueur du match.

Le défenseur Scott Harrington a été impressionné par ce qu'il a vu de Drouin, malgré le fait qu'il soit deux ans plus jeune que certains joueurs.

«Il ne joue pas comme un joueur de 17 ans. C'est difficile de croire qu'il a cet âge», a-t-il indiqué.

Les ajustements effectués par le personnel d'entraîneurs canadiens avec l'avantage numérique ont également rapporté. Les Canadiens ont trouvé le fond du filet à deux reprises avec l'avantage d'un homme, lors de la pénalité de cinq minutes décernée à Valeri Nichushkin au milieu de la première période. La formation unifoliée était alors en avance 2-0.

Les détails

Le sujet sur lequel Spott a dû s'expliquer face aux journalistes russes, dimanche, en prévision du duel de lundi, a été ses commentaires face à la rarissime lumière du jour (les joueurs ont chacun une lumière qu'ils peuvent utiliser pour contrecarrer le manque de luminosité. Le soleil se lève à 10h40 et se couche aux alentours de 18h00).

«Je ne voulais pas manquer de respect», avait souligné Spott.

Tout cela est un autre exemple de l'attention que l'entraîneur porte aux détails.


 
 

Incontournables