24 HEURES - Le mercredi 17 septembre 2014

LNH

Marcel Aubut connaît la recette pour le retour des Nordiques

11/11/2012 20h10 

Marcel Aubut
Photo : Stevens Leblanc / Agence QMI

Il n'y a pas de formule magique pour ramener une équipe de hockey de la Ligue nationale à Québec, mais Marcel Aubut connaît la recette gagnante pour maximiser les chances du retour des Nordiques.

«Winnipeg a eu son club [en 2011] d'abord à cause de deux raisons très simples : la patience et le silence», a expliqué l'ancien président des Nordiques en entrevue avec Réjean Tremblay pour la chaîne TVA Sports.

«Si tu n'adoptes pas ça dans la LNH avec [le commissaire] Gary Bettman, tu n'en auras jamais, de concession.»

Selon Aubut, ces deux vertus sont appliquées par les protagonistes du dossier du retour des Nordiques, particulièrement le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, qui se porterait acquéreur si l'occasion se présentait.

«On connaît très bien la recette et les gens la suivent, a indiqué Aubut. M. Péladeau a été impeccable ces deux dernières années. Il n'a pas fait d'erreur.»

Aubut entretient toujours des liens plutôt étroits avec Gary Bettman. Si l'opinion de celui-ci n'a pas changé depuis le départ des Nordiques de Québec en 1995, on est en droit de croire que le commissaire se réjouirait de revoir du hockey de la LNH dans la Vieille Capitale.

«Quand les Nordiques sont partis, il m'avait dit : "Nous perdons une très grande force culturelle pour notre industrie en perdant Québec", s'est remémoré Aubut. Ça m'avait touché.»

100 heures par semaine

À 64 ans, Aubut n'a jamais été aussi actif. En plus de son rôle à Québec, l'avocat et homme d'affaires est à la tête du Comité olympique canadien (COC) depuis mars 2009.

À peine sorti des Jeux olympiques de Londres cet été, Aubut trime dur à 14 mois des Jeux d'hiver de Sotchi, en 2014. Il revient d'ailleurs d'une visite en Russie et se concentre sur les préparatifs.

«Les équipements commencent à être testés. L'organisation va être dans les temps, ça va être spectaculaire. Ils vont livrer des Jeux incroyables», s'est-il réjoui.

Le mandat d'Aubut finira juste avant Sotchi et c'est à ce moment qu'il devra décider s'il ralentira la cadence. En attendant, la personnalité québécoise fonctionne à plein régime.

«Je dois me prévoir environ 100 heures de disponibilité par semaine pour le COC, le bureau d'avocats [Heenan-Blaikie], mais aussi et surtout pour les déplacements. C'est à plein temps, et ça ne laisse pas vraiment de temps pour m'amuser.»

 
 

Incontournables