24 HEURES - Le samedi 1er novembre 2014

Fullcum

30/04/2009  

Nelly Arcan
  • Nelly Arcan

Nous sommes dans une petite ville du Québec, Fullcum, à l’orée d’un futur pas si lointain. Dans tous ses quartiers, des plus nantis aux plus démunis, travailleurs et travailleuses du sexe, proxénètes paumés plus ou moins mafieux, pornographes et pornstars, shemales et multiples travelos, dominatrices et masseuses, danseuses et effeuilleuses, enfin suaves téléphonistes à la voix humide, ainsi que le vaste répertoire des clients venus des quatre coins de la planète pour y mettre un grain de sel et se faire faire les poches, ont envahi les rues, pris d’assaut les commerces, pour au final transformer la ville en gluant centre d’achat du sexe, un Red Light mur à mur, grandiose bordel organisé, fort bien huilé et lucratif.

Parmi ses personnages légendaires, les Hercules passablement déchus de ce monde en perdition, de décadence inégalée, de dégénérescence et de dissolution sociale, on retrouve Penix, prédateur rusé et hyperactif qui passe à l’action grâce aux poppers et au remède miracle de Cialix, vieillard ayant raccroché depuis un bail ses patins, dépositaire du secret d’une potion magique exultant la libido, conférant une puissance sexuelle surhumaine, cependant toujours suivie d’une sévère débandade.

Grocrix, bras droit obèse et increvable de Penix, d’abord aux femmes mais aussi aux hommes à ses heures, est affectueusement appelé par ses pairs: Biagra. L’âme en peine, il arpente les rues de son quartier, rêvant de pouvoir un jour tremper le bout de ses lèvres dans la potion défendue de Cialix. Car petit, il est tombé dedans.

Les quartiers Poincum, Justozum, Condominium, Strapum, Chantlapum (pour les plus romantiques) et Postcoitum (quartier prisé des retraités), sont le théâtre de vertes et de pas mûres... Poincum

Poincum n’est pas un endroit de peine à jouir où l’on ne vient pas. C’est le quartier chaud. Le plus dense en population, le plus couru des touristes, le plus dynamique, côté rapports sociaux, échanges interpersonnels. Y habitent Penix, Grocrix et Cialix, qui, par l’éclectisme de leur petit cercle, forment à eux seuls une «bande à part». Y foisonne une variété inouïe de goûts et de comportements plus ou moins recommandables. Sur la Main pourfendant la ville en deux parties, par exemple, l’incorrigible nymphomane Laprandrasix, fouteuse de bordel aux partenaires innombrables, dodeline, fière-pet, en compagnie de Dansadix, célèbre danseuse de poteau qui n’hésite pas à faire la gaffe. Dansadix déambule toujours en string duquel s’échappent en permanence une flopée de dix piastres tourbillonnants, emportés par le vent, attirant derrière elle une procession de quêteux qui ont fait d’elle leur sainte patronne.

Meow Mix, connu pour son penchant douteux pour les animaux de compagnie, rejeté de la culture «mainstream» du quartier néo-branchouillard Poincum, n’a pour seule amie Sassenlapix, autre mouton noir qu’on ne voit jamais sans une pinte de bière à la main, prostituée notoire dont la réputation s’est construite sur son envie permanente d’uriner, et les jets drus et sucrés, et surtout interminables, de ses golden showers.

Un autre duo jet set qui fait l’objet de commérages sont Taounsoucix, un shemale noir couru aux tarifs faramineux et Saunamix, bisexuel confirmé, qui ne sait plus où donner de la tête et qui est sempiternellement vêtu d’une serviette blanche à l’hygiène suspecte nouée autour de la taille, toujours aperçu en train d’entrer par une porte ou d’en sortir, entrant et sortant alternativement, parfois même simultanément, peu importe où il se trouve. Clitorisques-et-périls

Dans le quartier lesbien de Fullcum, Clitorisques-et-périls, les femmes ont le cœur à la fête, la cuisse légère. Quoi de mieux, pour les lesbos de tout acabit, que de pouvoir côtoyer et humer leur propre sexe en toute quiétude.

D’ailleurs, une ancienne actrice porno des années 70, Poildepubix, dont tous les réalisateurs se sont détournés, horrifiés par son imposante toison, continue d’œuvrer. De façon plus underground, lesbienne entendue.

Une ombre au tableau cependant: Marxix-Leninix, une communiste ultra féministe victime de la vague des noms de famille composés, semble hostile. Étrangère. Unique en son genre, elle n’arrive pas à trouver sa place. Manque de pot. La débande de Gaza

De l’autre côté de l’Atlantique, des extrémistes regardent Fullcum d’un mauvais œil. Cette ville corrompue perturbe les esprits. Ils se disent que là-bas, à Fullcum, on mériterait une bonne leçon. Que des coups de pied au cul se perdent. Dans la débandade de Gaza, on leur monte un coup fourré...

 
 

Incontournables