24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Le cégep français

21/07/2010 09h18 

Mathieu Bock-Côté
Le Journal de Montréal nous rappelait la semaine dernière que le cégep anglais gagne du terrain aux dépens du cégep français. La tendance était connue. Depuis une dizaine d'années, plusieurs mouvements nationalistes plaident d'ailleurs pour l'application de la loi 101 au cégep. Depuis peu, les grandes figures du souverainisme officiel s'y rallient avec le retard auquel elles nous ont habitués.

Sans surprise, les critiques ont fusé. La ministre Christine St-Pierre a répondu que « le cégep français obligatoire équivaut au repli et à la fermeture ». Le libre choix devrait prévaloir. On connaît cet argument : c'était celui des adversaires historiques de la loi 101. Il est aujourd'hui remanié dans les termes du multiculturalisme. Pour ces gens, la nécessaire prédominance du français relève du fantasme anglophobe.

Un principe de base doit être rappelé : le Québec est une société française. Conséquemment, les institutions publiques fonctionnent dans la langue de la majorité. Pour un immigrant, s'intégrer au Québec consiste fondamentalement à s'identifier à l'identité majoritaire. Une vigoureuse politique d'intégration doit être menée, surtout qu'en Amérique du Nord, l'anglais exerce une telle force d'attraction qu'elle ne peut être contenue que par l'État.

Évidemment, le Québec accommode généreusement sa minorité anglaise en reconnaissant ses institutions communautaires. Mais de plus en plus, ces dernières sont détournées de leur fonction traditionnelle pour être mises en concurrence avec les institutions nationales. Les institutions de la minorité se retournent contre celles de la majorité. Si le cégep en est un exemple, il n'est évidemment pas le seul.

Les études le confirment, ceux qui passent à l'anglais au niveau collégial décrocheront peu à peu de la majorité québécoise. Ils étudieront en anglais, travailleront dans cette langue puis y vivront. Pour eux, la sortie du système scolaire francophone correspond à une sortie de la société québécoise. La chose n'est pas sans conséquences. Avec le consentement de nos élites qui croient se parer ainsi du cosmopolitisme le plus chic, Montréal devient une métropole multiculturelle où l'identité québécoise a l'allure d'une vieille tache bleue appelée à se dissoudre.

Nous sommes au seuil du point de non-retour. Trop longtemps, au nom de la paix linguistique, le gouvernement a renoncé à prendre les mesures nécessaires pour contrer la défrancisation de Montréal. Il devrait se rappeler une vieille évidence et s'en servir comme boussole : au Québec, mettre les deux langues sur le même pied, c'est mettre les deux pieds sur notre langue.

 
 

Incontournables