24 HEURES - Le samedi 25 octobre 2014

Les chemins de la culpabilité

Seth Rogen et Barbra Streisand complices

16/12/2012 13h56 

Seth Rogen et Barbra Streisand
Photo Paramount Pictures

BEVERLY HILLS – À un certain moment dans Les chemins de la culpabilité – un film dans lequel Seth Rogen tient le rôle d’un inventeur qui emmène sa mère, jouée par Barbra Streisand, en voyage de promotion à travers le pays –, l’inattendu se produit.

Que se passe-t-il exactement? Les deux acteurs sont assis dans la voiture et… ils improvisent! Évidemment, pour Seth Rogen, il n’y a rien de nouveau dans le fait d’improviser quelques scènes, mais pour Streisand, une perfectionniste avouée, dont la micro-gestion constante et excessive, qui ne vise rien de moins que l’excellence, est devenu légende? Improviser? Serait-ce que l’acteur, qui a 40 ans de moins que sa co-vedette, a réussi à détendre l’atmosphère un peu?

Assis autour d’un café, à la table d’un hôtel Four Season avec la réalisatrice Anne Fletcher (La proposition) et le scénariste Dan Fogelman – qui s’est inspiré d’un voyage avec sa défunte mère pour écrire ce scénario –, la complicité des deux acteurs semble absolument naturelle. «Il s’avère que Seth a tout de suite compris comment je fonctionne», a dit la chanteuse.

«En effet, a confirmé Seth Rogen. Quand ce projet est arrivé sur la table, je travaillais avec John Schwartzman qui était directeur photo sur L’autre belle-famille (dans lequel a joué Barbra Streisand). Je lui ai demandé ce qu’il pensait de Barbra et il m’a dit qu’elle était quelqu’un de bien.»

«Tu as également appelé Ben Stiller», a répliqué Streisand. «En fait, je crois que je l’ai rencontré par hasard et que je lui ai posé la question, a rectifié Seth Rogen en riant. Et elle a passé le test haut la main, alors j’ai décidé de lui donner sa chance.»

«De mon côté, je ne savais pas qui appeler pour enquêter sur son cas, a dit Streisand. Je ne connais personne des films sur lesquels il a travaillé. Qu’est-ce que je pouvais y faire? Mais je le trouvais adorable et le projet était intéressant et original.»

La réalisatrice, qui n’avait d’autre souhait que de travailler avec ces deux acteurs, a tenu à souligner leur grande complicité. «La chimie qui les unit est surprenante, ils sont vraiment connectés», a expliqué Anne Fletcher.

«Les 10 moments les plus hilarants du film, ce sont Barbra et Seth qui les ont imaginés ensemble», a admis le scénariste Dan Fogelman, qui a également écrit Un amour fou ainsi que les films d’animation Les bagnoles et Raiponce.

«La manière dont nous interagissons dans le film n’est pas différente de la réalité, a souligné Seth Rogen. Ça tourne beaucoup autour du fait que je tente de lui expliquer des choses reliées à la technologie, entre autres, et qu’elle tente de me faire bouffer des trucs dont je n’ai aucune envie.»

Cela dit, même si Barbra Streisand semble apprécier les nouveaux liens qu’elle a noués, elle n’a pas mené la vie facile à Anne Flecther, qui a dû la courtiser pendant un an avant qu’elle accepte le rôle de Joyce Brewster. Même si Streisand était convaincue que le rôle lui convenait, elle n’avait pas pour autant l’intention d’accepter sans poser ses conditions.

«Je voulais avoir une porte de sortie alors j’ai négocié à la dure avec eux», a admis Streisand, qui a rapidement signalé à Paramount qu’elle ne voulait pas se taper deux heures de voitures aller-retour chaque jour pendant le tournage pour regagner sa maison de Malibu. Elle a donc demandé à ce que les studios soient basés dans un entrepôt dans la vallée de San Fernando. La production a accédé à sa demande.

«Ensuite, vous savez, sur ces films mettant en vedette les Fockers, je devais me lever très tôt pour tourner, a-t-elle raconté. Mon mari (James Brolin) et moi, nous restons debout jusqu’à 2 h ou 3 h du matin, alors je ne quitte pas la maison avant 8 h 30 le matin.» La production a encore une fois acquiescé à la demande de la vedette.

«Je n’allais pas faire ce film sans ces deux-là, a ajouté Anne Fletcher. On n’avait pas d’autres options.»

«Ça fait chaud au cœur de se sentir aussi apprécié», a indiqué Streisand.


Voici quelques films dont l’action est également centrée autour d’une relation mère-fils.

Mother (1996): John Henderson (Albert Brooks) est un auteur de science-fiction à succès. Finalisant son deuxième divorce, il emménage avec sa mère, Béatrice (Debbie Reynolds), afin de comprendre ce qui a mal tourné avec ses ex-épouses.

Balance maman hors du train (1987): Owen (Danny DeVito) fait un pacte avec l’auteur Larry Donner (Billy Crystal) afin de tuer sa vieille mère aigrie qui le rend dingue.

Des gens comme les autres (1980): Un jeune homme suicidaire (Timothy Hutton) est en deuil de son frère, qui était en fait le fils chouchou de son affreuse mère (Jeannine Pratt).

Forrest Gump (1994): Simple d’esprit, Forrest Gump (Tom Hanks) est couvé par sa mère (Sally Field) avant de mener une vie exceptionnelle, malgré sa différence.

Psychose (1960): Norman Bates (Anthony Perkins), un gérant d’hôtel au caractère fragile, vit dans l’ombre de sa mère pourtant morte depuis longtemps.

 
 

Incontournables