24 HEURES - Le vendredi 24 octobre 2014

Fantasia

Dans le ventre du dragon restauré

02/08/2012 22h03 

Pierre Curzi, Yves Simoneau et Michel Côté
Photo Ben Pelosse / Agence QMI

Une version restaurée du film Dans le ventre du dragon d'Yves Simoneau a été présentée lors du Festival Fantasia de Montréal, en collaboration avec Éléphant, mémoire du cinéma québécois.

Pierre Curzi, Yves Simoneau, Michel Côté, Andrée Lachapelle et David La Haye ont participé jeudi après-midi à un panel de discussion, ouvert au public, au sujet de Dans le ventre du dragon.

Visiblement heureux de se retrouver tous ensemble pour partager leurs souvenirs du tournage du long métrage datant de 1989, les artisans du film ont répondu aux questions dans la bonne humeur, se souvenant de diverses anecdotes de tournage.

«Les acteurs aiment se sentir aimés par le réalisateur, c'est extrêmement sécurisant», a indiqué Michel Côté en soulignant l'apport indispensable du projet Éléphant. «Peut-être qu'ainsi, les jeunes vont avoir une chance de redécouvrir un pan de notre cinéma qu'ils ne connaissent pas du tout.»

Pour Yves Simoneau, le fait de retrouver ses complices et de visionner le film lors de la projection spéciale organisée dans le cadre de Fantasia n'était pas un moment empreint de nostalgie. «J'ai hâte de voir comment le film a vieilli, j'ai hâte de le revoir et voir comment ça tient la route.»

Un art démocratique

Pierre Karl Péladeau, le président et chef de la direction de Québecor et instigateur du projet Éléphant, a partagé avec l'Agence QMI sa vision du cinéma.

«Parmi toutes les formes d'art, il y en a une qui est plus forte que n'importe laquelle, probablement parce qu'elle est la plus accessible, c'est le cinéma. Le cinéma a démocratisé de façon significative la manière de faire des œuvres. Cela n'a pas toujours été le cas de la musique classique ou de la peinture, qui était réservée à un univers muséal.»

Et, en entrant dans le Théâtre Concordia Hall pour assister à la projection de Dans le ventre du dragon, Pierre Karl Péladeau – qui a aussi dit que Les ordres de Michel Brault «[l]'avait énormément marqué parce que c'est une fresque socioculturelle et sociopolitique d'une époque» – s'est souvenu avoir fréquenté ces lieux il y a des années.

«Quand j'étais jeune, [...] c'était une salle de cinéma de répertoire anglophone. À l'époque, l'entrée était à 99 cents!»

La version restaurée de Dans le ventre du dragon, film réalisé par Yves Simoneau et mettant en vedette Rémy Girard, Michel Côté, Pierre Curzi, David La Haye, Andrée Lachapelle, Marie Tifo et Jean-Louis Millette sera disponible en HD sur Illico au canal 900 dans la section Répertoire Éléphant.


Un travail de moine

Éléphant (mémoire du cinéma québécois) peut se targuer d'un bilan impressionnant, près de cinq ans après avoir entamé une vaste entreprise de restauration de films québécois, sous l'impulsion de Pierre Karl Péladeau.

Pas moins de 155 films de chez nous ont été restaurés et mis à la disposition du public sur la plate-forme Illico. Une vingtaine de longs métrages seront disponibles sous peu et une trentaine d'autres sont en cours de restauration.

Claude Fournier, directeur de projets chez Éléphant, ne cache pas sa fierté. Pour Dans le ventre du dragon — un projet qu'il qualifie de «pas trop complexe» —, trois semaines de travail ont été nécessaires afin de remettre à neuf le film d'Yves Simoneau.

Évidemment, quand c'est possible, le tout s'effectue en collaboration avec le réalisateur du film afin de demeurer proche de sa vision. Dans ce cas précis, «je lui ai demandé ce qu'il avait envisagé. À la fin du long métrage, les protagonistes reviennent à la surface de la Terre, il y a une douzaine de secondes complètement noires pendant lesquelles on entend le son. Yves Simoneau m'a dit que c'était voulu et qu'il préférait que cela reste comme ça.»

À 81 ans, l'ancien réalisateur Claude Fournier a parfois, mais de manière éphémère, la nostalgie de son métier. «Je me sens privilégié qu'on nous ait posé ce défi technique et artistique. C'est un peu comme si on vous demandait – et je dis ça en toute humilité – de restaurer le plafond de la chapelle Sixtine.»

 
 

Incontournables