24 HEURES - Le lundi 18 mars 2019

Ils chantent pour contrer la marée noire

18/08/2010 19h54 

Photo: 24H
La mer est peut-être plus sombre qu'avant en Louisiane, mais le ciel est assurément bleu espoir pour Zachary Richard qui a rassemblé, mercredi, à Montréal, une vingtaine d’artistes pour lutter contre les conséquences de la marée noire.

Bobby Bazini, Marc Hervieux, Richard Séguin et Luc de Larochellière, notamment, se sont réunis au Studio Mixart pour enregistrer deux chansons sous la direction artistique de l’auteur-compositeur-interprète louisianais. Les profits seront versés à l’organisme Gulf Aid Acadiana.

« Je me sens mieux parce qu’on agit, a dit Zachary à l’égard de cette immense catastrophe naturelle. Pendant des mois, ce qui était le plus difficile pour nous, en Louisiane, c’était cette sensation très désagréable d’impuissance.

Au tout départ, je voulais me précipiter sur la côte et commencer à nettoyer les plages. C’était très naïf, car c’est un travail d’experts et de spécialistes dans un milieu à risque. »

Zachary a finalement mis sur pied Gulf Aid Acadiana, organisme venant en aide à la fois à l’environnement et aux pêcheurs qui, plusieurs mois après la tragédie, vivent toujours dans un désarroi quasi complet.

« Nous essayons de porter secours aux familles des communautés le long du littoral. À long terme, c’est très ambitieux, mais on voudrait restaurer la santé écologique et sociale de la côte louisianaise. »

Bien qu’aucune statistique à ce sujet ne soit disponible, on estime que 80 % des pêcheurs sont toujours sans emploi.

« L’autre 20 % a été engagé par BP pour le travail de nettoyage. Le problème de pêche demeure fondamental parce que la plupart des eaux sont encore fermées à la pêche commerciale dans la zone sinistrée. Quand ça va rouvrir, les gens auront-ils confiance en cette nouvelle pêche? C’est une tout autre question. »

Une généreuse réponse à l’appel

Zachary s’est dit grandement touché par la générosité et la solidarité des artistes québécois. « J’ai fait quelques appels, et il y a une réponse extrêmement touchante. Plusieurs ont même déplacé leur horaire. Je n’ai reçu aucun refus. »

Ce projet était d’ailleurs québécois à la base, les deux chansons, « Grand Gosier » et « Les pélicans », ayant été composées lors du Festival en chanson de Petite-Vallée.

« Sans se consulter, un jeune auteur-compositeur louisianais, Rocky McKeon, et moi, avons tous deux écrit une chanson traitant des pélicans. Les pélicans sont l’emblème de la Louisiane et aussi une des espèces d’oiseaux les plus touchées par la marée noire. »

Si le problème est pour le moment louisianais, il n’en touche pas moins le monde entier.

« On discute de la possibilité de puits de forage dans l’estuaire du Saint-Laurent. Je me suis lié de collaboration avec Attention Fragîles, un organisme des Îles-de-la-Madeleine. On souhaite conscientiser les Québécois face aux forages qui risquent de s’implanter. »

Leur cri du cœur

Le 20 avril dernier, une explosion sur la plateforme Deepwater Horizon, exploitée par BP, causait une importante fuite de pétrole dans le golfe du Mexique. On estime ce déversement à 780 millions de litres de pétrole. Seulement 127 millions de litres auraient été récupérés.

Samian: « Nous sommes tous impuissants. Notre seul moyen d’aider, c’est la musique. Nous pouvons contribuer avec nos voix. »

Vincent Vallières: « Il n’y a pas de mots pour dire ce que je ressens face à un drame comme celui-là. Les dommages faits à la faune et à la flore vont perdurer pendant des années. »

Pierre Flynn: « La catastrophe est un peu abstraite pour nous. Et depuis qu’ils ont réussi à colmater la fuite, on n’en entend plus parler. C’est important de rappeler aux gens les effets environnementaux et économiques de cette catastrophe. »

Daniel Lavoie: « Je suis profondément scandalisé par le capitalisme sauvage qui mène à ce genre de choses et au déni de la responsabilité de gens qui ne pensent qu’à faire de l’argent. »

Marie-Pierre Arthur: « Ça me fait vraiment plaisir de pouvoir apporter ma contribution. On se rassemble pour donner un petit coup de pouce. »

Nadja: « Je trouve ça tellement grave. Je suis même incapable de visionner une vidéo qui montre des images de cette catastrophe. »

Florence K: « C’est épouvantable. Je pense que ça a été très mal géré et que ça l’est encore. Les conséquences à très long terme vont être désastreuses. Les océans circulent. Ça touche la planète en entier. J’espère que ça va ouvrir les yeux et que du positif ressortira de tout ça. »

Les chansons seront disponibles sous peu sur diverses plateformes musicales.

 
 

Incontournables