24 HEURES - Le mardi 18 décembre 2018

Patrick Bruel, seul...ou presque

30/05/2009 08h06 

Patrick Bruel a vendredi soir entamé le premier d’une série de trois concerts acoustiques au Théâtre St-Denis. Le Québécois d’adoption a renoué avec le public montréalais, dressant en musique le bilan d’une vie bien heureuse.
Photo: Agence QMI
Patrick Bruel a vendredi soir entamé le premier d’une série de trois concerts acoustiques au Théâtre St-Denis. Le Québécois d’adoption a renoué avec le public montréalais, dressant en musique le bilan d’une vie bien heureuse.

L’auteur-compositeur-interprète ne s’était pas produit en spectacle au Québec depuis quelques temps déjà. Après 20 ans de grands succès, il a jugé bon de s’ouvrir quelque peu, partageant à travers un spectacle intimiste quelques parcelles de vie, pour le plus grand bonheur de ses fans québécois. L’artiste français s’est livré sans pudeur à un public qui le soutien encore aujourd’hui après tant d’années.

Bruel est apparu seul sur scène, guitare en mains. Les premiers accords de Voulez-vous, pièce inédite se retrouvant sur sa toute dernière compilation, parue le 12 mai dernier et réservée à ses fans québécois, ont été chaudement accueillis. « Depuis vous, il n’y a rien d’important. » Un bel hommage à ses admirateurs!

La voix un brin éraillée, l’artiste, d’une aisance déconcertante, a revisité version acoustique plusieurs pièces de son répertoire, glissant au passage deux nouvelles créations qui ont littéralement séduit le foule.

De la première cour de la vie, celle de la petite école, au passage à la vie adulte, Bruel s’est raconté tout en chansons, interprétant Qui a le droit, Place des Grands hommes, On t’attendait ou encore Lâche-toi. « Le chemin n’a pas toujours été évident, mais ça en valait la peine! » a-t-il commenté.

Le concert, parsemé d’anecdotes savoureuses, a souvent vu poindre quelques notes d’humour, mais surtout de nostalgie, et lorsque le public entamait tous en chœur une parole, un couplet ou encore un refrain, il était impossible de réprimer un frisson ou même une larme.

Si la formule Patrick Bruel, seul…ou presque connaît un vif succès en France, il a toutefois admis en avoir eu l’idée ici, lors de son passage à une émission du réseau TVA. Le public québécois a largement adhéré au concept, qui semblait conçu pour lui sur mesure.

Avec une carrière qui se résume à 14 millions d’albums vendus et quelques 40 films, le séduisant chanteur, âgé de 50 ans, semble à l’épreuve du temps. Charismatique, il a livré un spectacle qui, malgré ses nombreux retours dans le temps, s’est ancré dans l’intensité du moment présent.

Patrick Bruel, seul ou presque : au Théâtre St-Denis jusqu’au 31 mai et le 1er juin au Capitole de Québec.

 
 

Incontournables