24 HEURES - Le mercredi 23 janvier 2019

Les artistes chantent pour la paix

26/05/2009 23h26 

Mardi, une journée hommage au 40e anniversaire du bed-in de John Lennon et de Yoko Ono se tenait à la Verrière du Musée des Beaux-Arts de Montréal.

«Je pense que des journées comme aujourd’hui devraient se produire tous les jours. On devrait réfléchir plus souvent. Là, on est plus conscients, mais juste parce qu’on est dedans. On devrait l’être tous les jours. Si tout le monde s’y mettait, je suis sûre que ça nous ferait avancer.» Voilà le message de Catherine Major sur le thème du jour. «Juste d’en être conscient, c’est le déclic», a t-elle ajouté.

Des personnalités engagées

C’est tout en musique que les Pierre Jasmin, Sylvie Paquette, Alexandre Désilets, Mara Tremblay, Daniel Lavoie, Catherine Major, Yves Desrosiers, Samian et Coral Egan se donnaient en spectacle. Julie Lamontagne, la pianiste jazz, était également de la partie.

Tour à tour, ces «Artistes pour la paix» ont foulé la scène en tant qu’invités pour les Marie-Christine Trottier, Claude Saucier et Monique Giroux, qui se partageaient l’antenne du 100,7 FM, devant public, en direct, de 9h à 17h30.

Changer le monde

Ils avaient comme mandat de chanter pour la paix, en marge de l’exposition Imagine. Une ballade pour la paix, une idée qui a plu à Daniel Lavoie, qui est plutôt optimiste quant à un avenir meilleur: «Je pense qu’il n’y a qu’une façon d’arriver à changer le monde et c’est de faire des efforts pour le changer. Il faut travailler fort et ne pas lâcher.» Daniel, qui revenait tout juste d’Europe, a chanté, entre Sauvé et J’ai quitté mon île, une chanson très appropriée pour l’événement: La voilà notre armée.

Un «Top 10» pour la paix

Un «Top 10» des chansons évoquant la paix et choisies par le public a été présenté, à raison d’une piste par heure, perpétuant sans cesse un message toujours d’actualité, celui qui souligne l’importance de laisser tomber les armes et de contribuer à faire la paix dans le monde. Parmi les pièces évocatrices pour le public, on note les «Tu trouveras la paix», de Renée Claude, «Le déserteur», chanson de Vian et «Il faudra leur dire», signée Cabrel, dans les souvenirs plus anciens, les «What A Wonderful World», de Louis Armonstrong, et «Imagine», de Lennon, dans les incontournables et, en tête du palmarès, «Quand les hommes vivront d’amour», de Raymond Lévesque.

Sur place, au Musée, on pouvait également entendre les témoignages préenregistrés de Jim Corcoran et de Gilles Gougeon, journaliste d’ici qui nous livrait ses impressions sur sa rencontre avec le célébrissime couple, en 1969.

 
 

Incontournables