24 HEURES - Le samedi 23 septembre 2017

Une première bibliothèque d'outils verra le jour à Montréal

03/03/2015 05h47 

Alexandre Couture-Lalande, Audrey-Anne Trudel, Blaise Rémillard et Jacques Phaneuf.
Photo Simon Dessureault / 24 Heures

MONTRÉAL - À l'instar des villes de Toronto, Vancouver et Halifax, Montréal aura sa première bibliothèque d'outils à but non lucratif, d'ici le printemps.

Une échelle de 6 m pour laver ses vitres, un gros chaudron pour faire une épluchette de blé d'Inde ou un marteau piqueur comptent parmi le millier d'outils que l'on retrouvera à la bibliothèque La Remise.

«On n'a pas besoin de posséder toutes ces choses parce qu'on s'en sert juste une ou deux fois par année. On est bien mieux de les louer lorsqu'on en a besoin au lieu de payer le gros prix», a affirmé Blaise Rémillard, un des citoyens qui montent cette coopérative où une carte de points de 25 $ permettra de louer des outils de rénovations, de cuisine, de jardinage et d'électronique.

«Ces objets prennent aussi souvent trop de places lorsqu'on les achète et beaucoup de Montréalais habitent en appartement», a ajouté M. Rémillard, alors que La Remise s'installera dans le quartier Villeray.

Environnement

Réduire l'empreinte écologique générée par la production de ces matériaux est aussi à la base même de ce projet, selon Audrey-Anne Trudel, une autre citoyenne impliquée dans le concept.

«Il y a des ressources à extraire quand on fabrique un outil, par exemple pour le fer avec un marteau. Il pourrait servir à 100 personnes en une année au lieu qu'il y en ait 100 autres qui soient conçus», explique Mme Trudel.

«C'est aussi d'utiliser l'objet à son plein potentiel plutôt que de le laisser traîner et d'amasser la poussière», a-t-elle ajouté.

Inspiration torontoise

Une bibliothèque d'outils communautaire existe à Toronto depuis trois ans. Blaise Rémillard et son collègue Alexandre Couture-Lalande l'ont visitée cet été.

«Elle a deux emplacements, dont un gros atelier pour la menuiserie, l'électronique et les technologies. On s'en inspire grandement», a mentionné M. Couture-Lalande.

«Ses membres ont aussi fait du financement collectif comme nous le faisons actuellement», a-t-il ajouté, précisant que le groupe citoyen a jusqu'à présent amassé 13 000 $ et qu'il doit en obtenir 22 000 $ pour démarrer.

Des bibliothèques d'outils sont aussi implantées depuis peu à Denver et Portland aux États-Unis.

 
 

Incontournables