24 HEURES - Le dimanche 26 mars 2017

Montréal

Harel s'oppose aux autobus sur Dalhousie

29/09/2009 17h17 

Louise Harel.
© Agence QMI/Julie Charette
C’est au tour du projet de l’autoroute Bonaventure de faire l’objet d’une guerre de mots entre Louise Harel et l’administration Tremblay: la première dénonce l’aménagement d’un corridor d’autobus de 86 millions$ sur la rue Dalhousie tandis que le second défend mordicus cette décision.

La candidate à la mairie et chef de Vision Montréal, Louise Harel, s’est opposée lundi à l’implantation d’un corridor permettant le passage de 1400 autobus par jour sur la rue Dalhousie, une artère de moins de 12 mètres de largeur située dans un secteur résidentiel.

Harel veut une voie réservée aux autobus sur Bonaventure

Pour l’urbaniste et candidat au poste de conseiller de ville dans Notre-Dame-de-Grâce, David Hanna, ce volet du projet Bonaventure constitue un «corridor de pelletage d’autobus dans Dalhousie» et une «dépense énorme d’argent public».

M. Hanna soutient aussi que ce corridor ne sera pas sécuritaire pour les automobilistes et les autobus et qu’il mettra en péril le patrimoine et le développement résidentiel de ce secteur du Sud-Ouest de la Métropole.

Plutôt que de faire circuler les 1400 autobus sur la rue Dalhousie, Louise Harel propose de réserver l’une des quatre voies du nouveau boulevard Bonaventure aux autobus.

Le responsable du Plan de transport à la Ville de Montréal, André Lavallée, a raillé lundi le scénario mis de l’avant par Louise Harel.

«La critique de Vision Montréal est basée sur une «mécompréhension» totale des faits et sur une méconnaissance du secteur», s’est exclamé M. Lavallée qui est élu sous la bannière d’Union Montréal.

Le corridor Dalhousie représente une façon d’«améliorer de façon significative le transit entre Montréal et la Rive-Sud» d’ici l’implantation d’un train léger «dans dix ou quinze ans», estime M. Lavallée.

Vision Montréal s’est aussi insurgé contre une «étude de faisabilité» de 2,5 millions $ confiée par la Ville à la Société du Havre de Montréal.

D’après M. Lavallée, il ne s’agit pas d’une étude, mais bien d’un mandat portant sur la réalisation «des plans et devis» du projet.

L’administration du maire Tremblay souhaite que l’autoroute Bonaventure soit transformée en boulevard urbain d’ici 2013.

 
 

Incontournables