24 HEURES - Le lundi 24 novembre 2014

Météo

Le nord-est des États-Unis paralysé par le blizzard

08/02/2013 10h58 - Mise à jour 08/02/2013 13h22

Il y a des files d'attente devant les stations-service pour se procurer de l'essence.
Photo: Shannon Stapleton / Reuters
NEW YORK - Des milliers de vols ont été annulés vendredi dans le nord-est des États-Unis, paralysé par un blizzard accompagné de fortes chutes de neige et de vents violents, qui ont conduit cinq États à déclarer l'état d'urgence.

Les chutes de neige, qui selon la météo nationale devraient atteindre en moyenne de 30 à 60 cm, accompagnées par endroits de vents aussi violents que ceux d'un ouragan, ont commencé vendredi après-midi, et devraient se terminer samedi, dans ce secteur des États-Unis où vivent quelque 40 millions de personnes.

Vendredi soir, quelque 4900 vols avaient été annulés, 3500 pour la journée de vendredi et 1400 pour samedi, dont plus de la moitié à New York, selon le site spécialisé FlightAware.com .

Tous les vols au départ ou à destination de JFK, la Guardia et Newark, ont été suspendus en fin d'après-midi. LaGuardia espère pouvoir rouvrir samedi en milieu de matinée.

Quelque 700 vols ont également été annulés de et vers Boston, où environ 60 cm de neige sont attendus d'ici à samedi.

Décision rare, le gouverneur du Massachusetts Deval Patrick a interdit la circulation automobile pour une durée illimitée, afin de faciliter les opérations de secours et de déneigement. Le Connecticut voisin, et le Rhode Island ont fait de même, mais seulement pour certaines autoroutes.

L'état d'urgence, mesure qui permet une plus grande flexibilité dans la mobilisation des ressources locales, a été décrété dans cinq États, Massachusetts, Rhode Island, Connecticut, New York et Maine.
Les habitants invités à rester chez eux

À New York, où la neige tombait drue vendredi soir, les services météo annoncent de possibles accumulations de 25 à 35 cm. Le maire Michael Bloomberg a évoqué de possibles inondations côtières «modérées», dans les secteurs déjà durement éprouvés par l'ouragan Sandy il y a tout juste 100 jours.

Jeudi, il avait recommandé aux New-Yorkais de stocker des produits de première nécessité, évoquant de possibles pannes de courant, toujours redoutées en cette période de l'année.

Certains supermarchés ont été pris d'assaut, manquant de pain et de lait, et des files d'attente se sont formées devant les stations-services.

«Il n'y a pas besoin de paniquer» pour l'essence. «Les stocks sont suffisants, et les livraisons ne seront pas perturbées», a insisté vendredi M. Bloomberg.

Il a invité les New-Yorkais à rentrer tôt chez eux, et à ne plus en bouger jusqu'à la fin du blizzard samedi.

De nombreux magasins ont fermé plus tôt qu'à l'accoutumée vendredi soir.

La Fashion week qui bat son plein a maintenu ses défilés, mais faute d'avoir reçu certains accessoires, le styliste Marc Jacobs a repoussé à jeudi soir son principal défilé.

Et si l'enthousiasme était intact, nombre fashionistas, journalistes et organisateurs reconnaissaient la difficulté de maintenir un emploi du temps millimitré, en raison du mauvais temps.

Les trains ont également été suspendus entre New York et Boston, où tous les transports en commun ont également été arrêtés, les écoles et les tribunaux fermés.

Du New Jersey au Maine à la frontière canadienne, les autorités ont stocké des tonnes de sel, préparant les chasse-neige, organisant des centres d'accueil et multipliant les appels à la prudence et demandant aux gens de rester chez eux.

La tempête a aussi paralysé les transports aériens dans plusieurs villes canadiennes.

À Scituate (sud de Boston), Colleen Duffey, 50 ans, qui habite près de l'Océan, a expliqué qu'elle avait cherché en vain de l'essence pour sa souffleuse à neige dans la ville. Mais «il n'y avait plus d'essence dans aucune des stations-services de Scituate», a-t-elle raconté à l'AFP.

Elle se disait toutefois prête pour le blizzard: «Depuis Sandy, j'ai stocké des tonnes de bougies et de piles. Et j'ai un chargeur de téléphone dans la voiture», a-t-elle expliqué.


 
 

Incontournables