24 HEURES - Le samedi 23 septembre 2017

Syrie

Bilan bien supérieur à 7500 morts

28/02/2012 12h16 

Les Nations unies ne donnent plus de bilan officiel précis de la répression en Syrie depuis la fin janvier faute de pouvoir recueillir des informations fiables sur le terrain.
© Bulent Kilic / AFP Photo

NEW YORK - Le bilan des victimes de la répression en Syrie est «certainement beaucoup plus que 7500 morts», a déclaré mardi un haut responsable de l'ONU.

Lynn Pascoe, secrétaire général adjoint de l'ONU pour les affaires politiques, a cependant admis que les Nations unies ne pouvaient «pas donner de chiffres précis», lors d'une intervention devant le Conseil de sécurité.

«Nous ne pouvons pas donner de chiffres précis mais il y a des informations crédibles selon lesquelles le bilan désormais excède souvent les cent morts civils par jour, dont beaucoup de femmes et d'enfants», a-t-il affirmé.

«Le total est certainement beaucoup plus que 7500» morts, a-t-il ajouté.

Les Nations unies ne donnent plus de bilan officiel précis de la répression en Syrie depuis la fin janvier faute de pouvoir recueillir des informations fiables sur le terrain.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon espère envoyer sur place dès que possible sa responsable des affaires humanitaires Valerie Amos pour évaluer la situation humanitaire mais celle-ci n'a pas encore eu le feu vert des autorités syriennes.

Le ministère français des Affaires étrangères a indiqué mardi que le Conseil de sécurité était saisi d'un nouveau projet de résolution en faveur d'un cessez-le-feu humanitaire en Syrie.

Les discussions à New York sur ce projet «devraient s'ouvrir aujourd'hui» mardi, a dit Bernard Valero, porte-parole du Quai d'Orsay. «Le texte qui est sur la table prévoit notamment l'arrêt des violences, un accès immédiat et sans entraves à l'aide humanitaire aux sites les plus menacés et aux populations les plus vulnérables», a-t-il précisé lors d'un point-presse.

Jusqu'à présent, la Chine et la Russie ont bloqué toutes les tentatives des Occidentaux et des pays arabes de faire adopter par le Conseil des textes condamnant la répression conduite par le régime de Bachar al-Assad. Le 2 octobre et le 4 février, ces deux pays ont opposé un veto à des projets de résolution.

 
 

Incontournables