24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Los Angeles

Préservatifs désormais requis pour les films pornos

25/02/2012 15h52 

© Shutterstock
LOS ANGELES – À compter du 5 mars, les acteurs de films pornographiques produits à Los Angeles devront obligatoirement porter un condom.

La Fondation de soins de santé du sida, derrière l'adoption de ce nouveau règlement municipal, a l'intention d'étendre cette règle à d'autres villes.

Selon la Fondation, l'exigence de porter un condom permettra de protéger les acteurs qui apparaissent dans les 50 000 films pour adultes produits chaque année à Los Angeles, dont 90% sans permis de production. Elle estime aussi que ça permettrait d'envoyer aux téléspectateurs un message de sexualité sans risque.

«Les gens ont eu besoin de s'adapter à porter une ceinture de sécurité et ont appris à sortir du restaurant pour fumer, a indiqué Ged Kenslea, porte-parole de la Fondation. Je ne dis pas que ce sera facile.»

Craignant que les téléspectateurs refusent qu'un latex impose une barrière à leurs fantasmes, des opposants au règlement municipal estiment que l'industrie pourrait plier bagage et s'installer ailleurs.

«L'industrie a menacé de quitter Los Angeles. Si c'est le cas, nous allons la suivre», a indiqué Ged Kenslea.

La plupart des producteurs ont laissé aux artistes le soin de décider s'ils voulaient se protéger ou non, en s'en remettant aux examens mensuels subis par leurs vedettes. Le producteur de films pornos Scott Rhodes de Windsor, en Ontario, ne voit pas comment cela pourrait changer.

«C'est un peu comme demander aux pilotes de NASCAR de rouler à 55 km/h […] ou à ne pas frapper l'adversaire dans la LNH», a expliqué le producteur.

Il se demande si cela ne va pas forcer les producteurs à rentrer dans la clandestinité et à ignorer le règlement, où peut-être à s'installer dans des pays comme le Canada.

Mais le personnel de soutien ne manque pas à Los Angeles et le New Hampshire est l'un des seuls autres États où la production de films pour adultes a été autorisée en vertu des lois contre la prostitution.

Professeur à l'école de cinéma de l'Université de Californie du Sud, Jason E. Squire est prudent quant à l'impact du règlement. «La question de savoir ce qui se passe après le 5 mars est imprévisible», a-t-il dit.

Mais l'acteur torontois de films pour adultes Brad Armstrong, qui travaille pour Wicked Pictures de Los Angeles, est certain que ça ne devrait pas aller trop loin. Pendant plus d'une décennie, après le début de la peur du sida dans l'industrie, Wicked Pictures a rendu le préservatif obligatoire, a-t-il souligné.

Même si l'ordonnance de la ville impose une règle semblable pour toute l'industrie, M. Armstrong n'est pas content et il estime que cela fera baisser les marges bénéficiaires pour d'autres producteurs.

«Je pense que si les gens grimpent dans les rideaux, c'est qu'ils se demandent s'il s'agit d'une première étape, a-t-il souligné. Une fois que vous laissez [les fonctionnaires] entrer dans les chambres à coucher, ils vont bientôt vous dire quel drap utiliser.»

 
 

Incontournables