24 HEURES - Le samedi 10 décembre 2016

Femme enlevée, séquestrée et violentée à Saguenay

15/12/2015 21h22 

Photo Fotolia

SAGUENAY - Une femme dans la trentaine aurait été enlevée, séquestrée et humiliée le 20 juin dernier par deux hommes à Saguenay. La police a demandé l'aide de la population mardi pour tenter de faire avancer son enquête et retrouver les suspects.

«Il n'y a rien qui nous explique pourquoi les hommes en question auraient séquestré cette dame», a indiqué l'agent Bruno Cormier de la Sécurité publique de Saguenay.

TVA Nouvelles a eu accès à des points importants de cette enquête, jamais dévoilés en public, dont les photographies de la police.

Vers 8 h 30, ce matin-là, la femme âgée de 36 ans marchait apparemment en pyjama près de chez elle, sur la rue Angoulême dans l'arrondissement de Chicoutimi, à l'angle de la rue des Écorceurs.

«Elle s'aperçoit qu'il y a un véhicule qui la suit et, au même moment, elle aperçoit une ombre à côté d'elle, a raconté M. Cormier. C'est à ce moment qu'on lui met quelque chose sur la tête, qu'on l'agrippe, et qu'on la rentre de force à l'intérieur d'un véhicule.»

Le policier a indiqué que la victime avait ensuite été poussée sur la banquette arrière, tandis que son agresseur montait à l'avant au côté de son complice qui a démarré la voiture.

«Il y a un langage qui est assez agressif à l'intérieur du véhicule, poursuit M. Cormier. On lui demande de ne pas bouger. Et elle ne sait pas ce qui se passe. Elle ne connaît pas la marque du véhicule. Elle n'a pas aperçu les agresseurs, non plus.»

Le trajet a duré environ 30 minutes. Ils se sont arrêtés au niveau d'un petit sentier boisé de Saint-Fulgence. «La victime a été amenée de force, a dit l'agent Cormier. Ils l'ont tirée par les cheveux. C'était agressif, violent.»

La femme aurait été traînée sur le sol sur une trentaine de mètres jusque derrière un amas de bois, à l'abri des regards.

«La dame est déshabillée, son linge est déchiré et elle reçoit un coup au visage, a continué le policier. Une fois que la dame est à genoux, on discute avec elle d'un événement criminel qui s'est passé au cours de la dernière année. Elle ne voit pas ses agresseurs. Ils restent toujours derrière elle.»

Sauvée par des touristes

Son calvaire aurait duré de longues minutes. Les agresseurs lui auraient demandé de ne pas bouger, de rester à genoux, tant et aussi longtemps qu'ils n'auraient pas quitté les lieux.

Après quelques instants, la femme blessée légèrement se serait levée et aurait marché presque nue jusqu'à la route 172. Deux touristes québécois circulant vers l'arrondissement de Chicoutimi se seraient arrêtés pour lui porter secours.

«On aimerait bien retrouver les gens qui l'ont accueillie et qui lui ont porté assistance», a indiqué le porte-parole de la police.

Les enquêteurs ont pu retracer le lieu de la séquestration parce que la victime avait remarqué une affiche du Parc Aventures Cap Jaseux une fois secourue par le couple de bons samaritains.

Dans sa déposition, la femme a précisé aux enquêteurs qu'on lui avait arraché des cheveux, que son pyjama était resté sur les lieux et qu'il y avait aussi une toile blanche.

«Tous les faits qu'elle nous (rapporte), on les retrouve sur la scène de crime. C'est ce qui donne de la crédibilité à toute cette histoire», a précisé Bruno Cormier.

Aujourd'hui, la femme vit avec des séquelles de l'agression. La police, convaincue que des personnes possèdent des informations qui peuvent faire avancer l'enquête, demande aux éventuels témoins d'appeler le 418-699-6000. «C'est important. On veut aller plus loin dans cette histoire», a conclu M. Cormier.

 
 

Incontournables