24 HEURES - Le samedi 10 décembre 2016

Le grand-père maternel de Cédrika témoigne malgré la douleur

15/12/2015 16h30 

TROIS-RIVIÈRES - Quatre jours après que des chasseurs eurent retrouvé les ossements de Cédrika Provencher, son grand-père maternel s'est confié sur les lieux des recherches.

Jean-Marie Fortier a tenu à se rendre sur place malgré la douleur, mardi.

«C'était important pour moi de venir, pour tous ces gens qui rendent hommage à notre petite-fille», a-t-il déclaré.

«C'est douloureux, mais on ne peut plus rien y faire aujourd'hui. C'est la triste réalité, il faut vivre avec», a-t-il ajouté.

M. Fortier a appris la triste nouvelle en même temps que le reste de la population, par le biais des médias. «J'étais chez mon autre fille à Saint-Hyacinthe. J'ai écouté le bulletin spécial à la télévision et environ 30 minutes après, ma fille Karine m'a appelé pour m'annoncer la nouvelle. Les policiers venaient juste de partir de chez elle», a-t-il expliqué.

S'il indique que cette découverte vient mettre un terme à l'espoir qui subsistait toujours qu'on retrouve sa petite-fille vivante, il avoue qu'elle constitue quand même une sorte de «miracle». «Que les chasseurs soient tombés sur les restes de Cédrika, c'est un miracle. Et j'espère que cela va aider à trouver la personne qui a fait ça.»

Malgré la tristesse, il a affirmé que «cela fait chaud au coeur de voir qu'il y a tant de gens après si longtemps qui pensent encore à Cédrika». Il a souligné en particulier le fait que des oursons et des peluches aient été déposés en mémoire de l'enfant. «Depuis que Cédrika est née, je lui offrais chaque année un ourson de collection. Alors ça fait encore plus chaud au coeur de voir les gens apporter des oursons, parce que c'était l'emblème de Cédrika.»

Tout comme la mère de la petite victime, il a lancé à la population un appel à témoin. «Il y a sûrement quelqu'un quelque part qui a des informations qui pourraient faire avancer l'enquête», a-t-il dit, exhortant quiconque ayant des renseignements à ce sujet de contacter la police.

 
 

Incontournables