24 HEURES - Le lundi 5 décembre 2016

Entente de principe: la FSE évoque des gains de 60 M $

15/12/2015 13h22 

La présidente de la FSE, Josée Scalabrini, et le représentant des enseignants des commissions scolaires anglophones, Richard Goldfinch.
Photo Régys Caron / Agence QMI

QUÉBEC - La Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE) estime à une soixantaine de millions de dollars par année les gains qu'elle a obtenus dans l'entente de principe qu'elle vient de conclure avec le gouvernement.

À elle seule, la diminution d'un élève par classe de maternelle cinq ans coûtera «plusieurs millions» a soutenu, mardi matin, la présidente de la FSE, Josée Scalabrini. Le gouvernement a de plus consenti à transformer 400 postes d'enseignants à statut précaire en postes permanents à temps plein.

Les 60 millions $ liés à cette entente s'ajouteront au plan de réinvestissement de 80 millions $ (dont 70 millions $ pour les commissions scolaires) annoncé le mois dernier par le ministre de l'Éducation, François Blais.

La FSE se félicite d'avoir fait reculer le gouvernement sur plusieurs demandes importantes. «On a réussi à faire reculer le gouvernement qui, il y a un an, voulait détruire notre système d'éducation», s'est vanté Mme Scalabrini à l'occasion d'une conférence de presse.

Ratios maître-élève

Québec a renoncé à augmenter les ratios maître-élève dans les groupes et les budgets voués aux élèves en difficulté ont été maintenus; une bonification de 50 % a été accordée à l'enveloppe réservée à l'intégration des élèves en trouble de comportement.

La présidente de la FSE était accompagnée du président de l'Association provinciale des enseignantes du Québec (APEQ), qui représente les enseignants des commissions scolaires anglophones. Richard Goldfinch s'est dit tout aussi satisfait de l'entente de principe conclue lundi.

Les deux fédérations s'apprêtent à soumettre ce projet d'entente à leurs 35 syndicats qui, au cours des prochaines semaines, réuniront leurs membres en assemblées générales pour leur demander de l'approuver.

Le gouvernement peut maintenant présenter ce projet d'entente à la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), qui représente quelque 34 000 enseignants des commissions scolaires de Granby, Montréal, Laval et de l'ouest du Québec.

Pendant ce temps, les négociations se poursuivent à la table centrale où on discute des salaires et du régime de retraite.

 
 

Incontournables