24 HEURES - Le samedi 23 septembre 2017

Octroi de contrats: Projet Montréal dénonce 170 millions $ votés «à l'aveuglette»

20/04/2015 14h23 

Guillaume Lavoie, porte-parole de Projet Montréal en matière de finances, et Valérie Plante, leader adjointe de Projet Montréal.
Photo Améli Pineda / Agence QMI

MONTRÉAL – Projet Montréal déplore le manque d’information fournie aux élus avant l’octroi d’importants contrats et demande que les documents soient fournis au moins trois jours avant la prise d’une décision.

Selon les élus de l’opposition officielle, le dépôt de documents à quelques heures d’une séance du conseil municipal est de plus en plus fréquent.

Depuis l’arrivée de l’administration Coderre au pouvoir, 170 millions $ en contrats ont été votés «à l’aveuglette», dit Projet Montréal.

Une situation que le parti qualifie de «troublante»

«C’est très gênant et inconfortable de voter sans avoir le temps de lire les documents qui accompagnent un contrat. On parle de millions de dollars, pas de peanuts», a souligné Valérie Plante, conseillère de Projet Montréal.

À titre d’exemple, Projet Montréal a rappelé qu’il s’est opposé au contrat de 98,9 millions $ pour la première phase de la construction de la plus grande usine de désinfection des eaux usées où un système d’ozonation sera implanté.

«C’est une opposition de principe. On a demandé à l’administration de reporter le vote au prochain conseil, mais ça a été un refus», a affirmé Guillaume Lavoie, conseiller de Projet Montréal.

Prendre exemple

Montréal doit s’inspirer d’autres grandes villes pour mettre fin à cette pratique, dit M. Lavoie.

Il cite Lyon et Paris, où la loi oblige à ce que les points à l’ordre du jour d’une séance du conseil municipal soient accompagnés des documents pertinents à leur compréhension.

Si cette condition n’est pas respectée, les élus de ces deux villes ne peuvent débattre du dossier, à moins que celui-ci soit qualifié «d’urgent».

«Il n’y a rien qui justifie actuellement qu’on nous remette les dossiers avec un si court délai. Il n’y a pas de motifs d’urgence qui puisse justifier cette pratique», a fait valoir M. Lavoie.

Plus près de Montréal, les villes de Gatineau et de Québec ont également abandonné, le dépôt de documents pendant la séance même, a indiqué M. Lavoie.

«Si ces villes ont été capables de changer leur façon de faire, pourquoi Montréal ne pourrait pas?» a-t-il questionné.

Projet Montréal déposera une motion au prochain conseil, le 27 avril, qui exige que l’administration dépose tous les documents pertinents au moins trois jours avant la séance du conseil municipal.

Les élus de Projet Montréal assurent que si rien ne change, ils continueront à s’opposer à l’octroi des contrats lorsque les documents leur auront été remis dans de trop courts délais.

Ententes et contrats dont les documents ont été distribués à séance tenante

- 5 millions $ pour une entente avec BIXI-Montréal
- 98 millions $ pour la phase 1 de la construction de l’usine de désinfection des eaux usées
- 10 millions $ pour une entente avec la Société des célébrations du 375e de Montréal pour l’élaboration des festivités
- 12 millions $ pour le renouvellement d’ententes avec la Société du parc Jean-Drapeau
 
 

Incontournables