24 HEURES - Le samedi 30 juillet 2016

Première en Amérique du Nord

Un expresso au royaume des chats

28/01/2014 08h13 

Cet été, l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal pourrait devenir le premier endroit en Amérique du Nord à avoir un café pour chats. Au Japon (photo), en Corée du Sud et en Europe, le concept fait déjà fureur.
Photo Courtoisie
Vous rêvez de boire votre expresso ou votre café au lait dans un café entouré de félins? Ce sera bientôt chose possible. Un jeune entrepreneur prévoit ouvrir dès cet été sur le Plateau-Mont-Royal le tout premier café pour chats en Amérique du Nord.

Clément Marty revient d'un séjour de deux ans autour du monde. Au Japon et en Corée du Sud, le voyageur de 26 ans a visité plusieurs cafés loufoques. Son coup de cœur: les cafés remplis de chats, dans lesquels manger et interagir avec les animaux vont de pair.

De retour au Québec, Clément Marty a décidé d'ouvrir son propre «café chat», qu'il intitulera le café Chat l'Heureux. S'il y parvient, M. Marty sera le premier à implanter ce type de commerce au Québec.

«J'ai toujours eu un chat à la maison et je crois vraiment aux bienfaits des chats sur l'humain, surtout quand on habite en ville, explique le jeune homme en entrevue avec le 24 h. Je suis quelqu'un d'assez stressé et le chat a toujours eu un effet positif sur moi.»

Clément Marty souhaite ainsi partager sa passion avec les Montréalais. Dans ce café qu'il compte ouvrir sur le Plateau-Mont-Royal, on y trouvera de tout: des pâtisseries, des gourmandises et les boissons traditionnelles (thé, café, jus).

La seule différence avec ses concurrents sera la dizaine de chats qui grimperont sur les murs ou qui feront la sieste sur les tables à manger. Le café Chat l'Heureux sera donc le lieu de prédilection pour tous les amoureux de minets.

Améliorer la condition animale

Surtout, Clément Marty veut améliorer la condition des animaux en ville. En effet, selon le Code civil du Québec, un chien, un singe ou une vache ont le même statut qu'un meuble.

«Ce café, j'en fais un projet social, dit-il fièrement. Je veux arriver à bien implanter ce café-là pour qu'il arrive à jouer un rôle dans la condition animale.»

Les chats qui quémanderont les caresses des clients seront issus de différents refuges de Montréal. Ils seront suivis de près par des vétérinaires et des zoothérapeutes, assure le futur propriétaire. Certains l'auraient d'ailleurs déjà approché.

Quant à ceux qui s'inquièteront de la salubrité des lieux, Clément Marty tient à préciser qu'il y aura des conditions d'hygiènes irréprochables et un règlement à suivre pour le bien-être des chats.

Une campagne de financement est en cours sur internet. M. Marty souhaite amasser 40 000$ pour l'acquisition des animaux et du matériel nécessaires.

Nouvelle mode

La Ville de Montréal ne voit pas d'inconvénients à l'implantation d'un café pour chats. «Ça constitue une nouvelle mode, constate Myrta Mantzavrakos, chef de division à l'Inspection des aliments de la Ville de Montréal. Vu qu'il y a un engouement, on va essayer d'accommoder.»

Mme Mantzavrakos a indiqué qu'une directive du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec lui a été envoyée dernièrement, dans laquelle deux conditions sont imposées.

Tout d'abord, les animaux ne devront pas avoir accès à l'aire prévue à la préparation des aliments. «Il doit y avoir un mur partant du plancher jusqu'au plafond, avec une ou plusieurs portes d'accès. Les portes battantes sont acceptables», mentionne simplement la chef de division.

Ensuite, la vaisselle pour le service destiné aux humains devra être identifiée, lavée et entreposée dans des endroits différents que celle utilisée pour les animaux.

ewan.sauves@quebecormedia.com

 
 

Incontournables