24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Personnes âgées en CHSLD

Une Commission pour en finir avec la maltraitance

22/01/2014 17h14 

On dénombre plus de 5 000 cas d'abus par année dans les CHSLD du Québec, selon Lyne Parent, présidente de l'AQRP.
Simon Clark/Agence QMI

Plusieurs organismes défilent depuis mardi devant la Commission de la santé et des services sociaux de l'Assemblée nationale afin de traiter des conditions de vie de plus en plus inquiétantes des adultes hébergés en CHSLD.

Aujourd'hui, c'était au tour de l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) de livrer son témoignage au sujet du traitement des personnes âgées dans les centres d'hébergement publics.

L'accessibilité des CHSLD, leur financement, leur organisation et la qualité des soins offerts sont au cœur des auditions publiques se déroulant à Québec.

La présidente de l'organisme, Lyne Parent, déplore notamment le manque d'informations relatives au processus de plaintes dans les CHSLD, le manque de loisirs pour les ainés, la rotation abusive du personnel soignant et la présence de produits dangereux.

«On souhaite tout simplement que les personnes âgées soient traitées avec respect et dignité. Actuellement, ce n'est pas le cas dans la majorité des établissements», estime Mme Parent.

Les aînés liés au sort des employés

«En général, la situation est plutôt déplorable. Il y a beaucoup de cas de maltraitance et de négligence dans les CHSLD, c'est intolérable et inacceptable», affirme quant à elle la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Régine Laurent, qui a également témoigné devant la Commission, hier.

Selon elle, le manque de professionnels de la santé fait en sorte que les infirmières n'ont plus de temps à consacrer à l'aspect psychologique de leurs patients, pourtant essentiel à leur bien-être.

«On ne peut pas dissocier les conditions de vie des personnes âgées et celles des professionnels. Quand il y a un manque d'effectif, ce sont les patients qui en paient les conséquences», affirme Mme Laurent, estimant que la main-d'œuvre du domaine de la santé est mal utilisée au Québec.

Un problème connu

Chose certaine, le phénomène de la maltraitance dans les CHSLD ne date pas d'hier.

En 1997, un recours collectif contre le CHSLD Saint-Charles-Borromée, à Montréal, avait fait couler beaucoup d'encre.

À l'époque, une femme tétraplégique avait accusé le centre de multiples négligences. Quinze ans plus tard, les requérants s'étaient vus accorder la somme record de 7 millions $ pour les dommages subis.

Rappelons qu'en décembre dernier, six employés du CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf ont été accusés dans une affaire de maltraitance qui est toujours en cours.

 
 

Incontournables