24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Dossier santé Québec: explosion des frais d'administration à la RAMQ

06/01/2014 07h48 

Cette situation est en grande partie attribuable à l’informatisation des dossiers médicaux.
Photo Archives / Agence QMI

QUÉBEC – Les frais d’administration de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) ont augmenté de 45 % au cours des cinq dernières années, a constaté l’Agence QMI. Une situation en grande partie attribuable à l’informatisation des dossiers médicaux.

Le dernier Rapport annuel de gestion de la RAMQ révèle que les dépenses administratives de la Régie sont passées de 142,9 millions $ en 2008-2009 à 208,4 millions $ en 2012-2013. Il s’agit d’une hausse de 65,3 millions $ (45,85 %).

«La principale cause de cette augmentation-là, c’est le Dossier santé Québec (DSQ)», explique la porte-parole de la RAMQ, Catherine Poulin, en référence au projet d’informatisation du réseau de la santé lancé en 2006 sous les libéraux. Mme Poulin a rappelé qu’à la suite d’une entente-cadre conclue avec le ministère de la Santé, le rôle de la Régie dans l’implantation et l’opération du DSQ a été passablement élargi.

Ces mandats additionnels se sont notamment traduits par une augmentation vertigineuse des dépenses informatiques de la Régie. À titre d’exemple, les frais pour les services professionnels (techniciens en informatique, programmeurs) ont plus que doublé au cours des cinq dernières années, passant de 13,5 millions $ à 33,1 millions $ (+144 %).

Les sommes allouées à l’amortissement des immobilisations corporelles ont pour leur part augmenté de 83,3 % au cours de cette période, passant de 15,4 millions $ à 28,4 millions $.

Selon Catherine Poulin, ces coûts sont principalement attribuables «à l’amortissement de certains développements informatiques, toujours reliés avec les nouveaux mandats qu’on a eus».

Les projets informatiques ont également fait augmenter la dette nette de la RAMQ. Pour le seul exercice financier 2011-2012, elle a augmenté de près de 50 millions $, passant de 151,9 millions $ à 199,9 millions $, une croissance de 31,6 %.

Cela peut en partie expliquer l’explosion des intérêts et des frais financiers payés par la RAMQ, qui ont augmenté de 953 % au cours des dernières années pour s’établir à 1,6 million $. Ils s’élevaient à «seulement» 157 000 $ en 2008-2009.

En chiffres absolus, l’augmentation la plus importante dans les frais d’administration de la RAMQ provient des traitements et avantages sociaux, qui ont cru de 23,6 millions $ en l’espace de cinq ans (+ 27,63 %).

Pour assumer ses nouvelles responsabilités, la Régie a dû procéder à des embauches supplémentaires. Le nombre d’employés réguliers est ainsi passé de 1094 à 1273 au cours des trois dernières années, une augmentation de 16,3 %. Ces embauches ont été autorisées par le Conseil du Trésor.

Même si ses dépenses administratives ont considérablement augmenté, la Régie fait valoir qu’elle est parvenue à maintenir un ratio «tout à fait raisonnable» des frais d’administration en fonction du coût des programmes qu’elle gère. Ce ratio s’établissait à 2,25 % en 2012-2013, comparativement à 2,04 % en 2008-2009. «C’est une bonne performance», résume Catherine Poulin.

Des dirigeants bien rémunérés

La rémunération de certains hauts dirigeants de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) a connu une augmentation importante au cours des trois derniers exercices financiers.

Le vice-président aux services aux personnes assurées, Paul Marceau, a touché un salaire de 172 588 $ au cours de l’année 2012-2013. C’est 36 096 $ (+26,44 %) de plus que ce que gagnait son prédécesseur, Gaétan Thériault, deux ans auparavant.

De son côté, le vice-président à l’administration et à la gestion de l’information, Jean-Guy Lemieux, a gagné 171 664 $ en 2012-2013. En 2010-2011, la personne qui occupait ce poste, Francine Jacques, gagnait 145 340 $. Les sommes allouées à cette fonction ont donc cru de 15,3 % (26 324 $) en l’espace de deux ans seulement.

Selon la porte-parole de la RAMQ, Catherine Poulin, il est normal d’observer un tel écart lorsqu’un poste change de titulaire, puisque le salaire d’un haut dirigeant est déterminé en fonction de sa scolarité, de son expérience et de la rémunération qu’il avait avant sa nomination.

Elle ajoute que le salaire des premiers dirigeants est fixé par un décret du Conseil des ministres, qui se base sur les recommandations du Secrétariat aux emplois supérieurs. «Ce ne sont pas les gens de la Régie qui déterminent le salaire des gens de la Régie», dit-elle.

De son côté, le président-directeur général, Marc Giroux, a vu son salaire augmenter de 15 037 $ en 2012-2013 pour s’établir à 190 223 $, une augmentation de 8,5 %. Son salaire avait connu une hausse semblable en 2009-2010. Au cours des cinq dernières années, le traitement de M. Giroux a augmenté de 33 636 $ (21,48 %).

À l’instar des autres hauts dirigeants de la RAMQ, les changements apportés au traitement du président-directeur général doivent être approuvés par le Conseil des ministres.

Frais d’administration de la RAMQ, 2008 à 2013 (variation annuelle entre parenthèses)


2008-2009 : 142 942 000 $
2009-2010 : 157 974 000 $ (+10,51 %)
2010-2011 : 166 513 000 $  (+5,4 %)
2011-2012 : 184 302 000 $ (+10,68 %)
2012-2013 : 208 488 000 $ (+13,01 %)
Total : + 65 346 000 $ (+45,85 %)
Source : Régie de l’assurance maladie du Québec, Rapport annuel de gestion 2012-2013

Nombre d’employés réguliers de la RAMQ, 2010-2013 (variation annuelle entre parenthèses)


2010-2011 : 1094
2011-2012 : 1229 (+12,34 %)
2012-2013 : 1273 (+3,58 %)
Total : + 179 (+16,36 %)
Source : Régie de l’assurance maladie du Québec, Rapport annuel de gestion 2012-2013

Dette nette de la Régie (variation annuelle entre parenthèses)


2010-2011 : 151 924 000 $
2011-2012 : 199 952 000 $ (+31,61 %)
2012-2013 : 190 086 000 $ (-4,93 %)
Total : + 38 162 000 $ (+25,11 %)
Source : Régie de l’assurance maladie du Québec, Rapport annuel de gestion 2012-2013

 
 

Incontournables