24 HEURES - Le mercredi 26 juillet 2017

Rosemont-La Petite-Patrie

Un espace vert rasé impunément

20/05/2013 14h38 - Mise à jour 20/05/2013 14h46

Photo: Emmanuel Delacour
Une vision déplaisante s'est présentée aux résidents de Rosemont-La Petite-Patrie la semaine dernière, lorsque des pépinières ont rasé entre 50 et 100 arbres, sur la rue Beaubien Ouest.

L'acte, qualifié de « cavalier » et « d'inacceptable » par le maire de l'arrondissement, a été fait sans qu'un permis en bonne et due forme soit accordé aux propriétaires du terrain.

Alors que l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie tente de faire bonne figure en ce qui concerne les îlots de chaleur et l'élimination des stationnements, le promoteur immobilier Olymbec vient lui mettre des bâtons dans les roues.

Le lopin de terre, qui se trouve entre les rues Waverly et St-Urbain, était déjà convoité par la Ville de Montréal il y a quelques mois, informe François W. Croteau, maire de Rosemont-La Petite-Patrie. Le lot était la propriété de la compagnie ferroviaire Canadian Pacific (CP) depuis une centaine d'années.

À l'abandon, le terrain vague aurait été transformé en espace vert par l'administration municipale après l'expropriation du CP.

Cependant, en février dernier, le CP a vendu à la compagnie Olymbec le terrain mettant un frein aux ambitions de la Ville de Montréal. « La Ville a décidé d'abandonner l'expropriation, parce que cela aurait été probablement plus difficile avec Olymbec », conçoit M. Croteau.

Ce dernier se penche déjà sur tous les moyens légaux afin de ramener la compagnie immobilière à l'ordre. « Ils ne sont pas sortis du bois! Ils ont rasé au moins cinquante arbres sans permis. Selon la règlementation, il est possible de leur imposer une amende allant jusqu'à 5000 $ par arbre tronçonné impunément », souligne M. Croteau.

En ce qui concerne l'aménagement d'un espace vert à cet endroit, le maire reconnaît qu'il serait plus difficile de mettre Olymbec au pas. « Le zonage est résidentiel mixte. S'ils veulent construire des condos, il n'y a pas, a priori, de règlement qui les en empêche. Toutefois, nous allons surveiller de près la réglementation en ce qui concerne la densité », insiste le maire.

De plus, ce dernier invite la population du secteur à faire connaître leur mécontentement envers le comportement d'Olymbec et à insister sur leur désir de voir un espace vert construit sur le lot.

Rappelons que le terrain se trouve dans le secteur Marconi-Alexandra, un district semi-industrialisé de Montréal, qui a fait l'objet de consultations publiques. Au terme de ces rencontres entre la Ville et les citoyens, un des enjeux qui a été mis en relief aura été de « contribuer à la qualité du paysage urbain et améliorer le cadre de vie », dans le quartier.

emmanuel.delacour@quebecormedia.com

 
 

Incontournables