24 HEURES - Le jeudi 30 juin 2016

Étié chaud pour les cyclistes

Les policiers donneront plus de tickets

24/04/2013 12h31 - Mise à jour 24/04/2013 12h43

Les cyclistes ne sont pas au bout de leur peine.
Photo Agence QMI
Les policiers auront les cyclistes à l'œil cet été. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a la ferme intention de donner plus de contraventions grâce à des vélopatrouilles mieux équipées.

En 2013, le SPVM met sur pied un projet-pilote visant à être plus efficace auprès des cyclistes a appris 24h.

Huit policiers à vélo auront un dispositif d'impression électronique de contraventions fixé à leur monture, le même qu'on retrouve chez les agents de stationnement.

Ces vélopatrouilles travailleront à bicyclette à temps plein, ce qui représente également un changement des façons de faire.

«C'est sûr qu'on donnera plus de constats, on ne s'en cache pas. On mettra beaucoup d'emphase sur les piétons et les cyclistes», confirme André Durocher du SPVM.

Les agents à vélo seront épaulés des 133 policiers dédiés à cette tâche à temps partiel comme lors des années précédentes.

La Coalition vélo Montréal y voit une façon de remplir les coffres de la Ville.

« C'est sûr qu'on veut que la police fasse de la prévention, mais on a plus remarqué qu'elle fait de la répression. On pense que c'est une autre façon d'aller chercher de l'argent dans les poches des contribuables », lance Pierre-Luc Auclair, de l'association.

La Ville surveillera sa police…

Si la police surveillera les cyclistes, la Ville elle, surveillera ses policiers à vélo. Pas question d'assister à un déluge de constats d'infraction.

«Les policiers ont un zèle à ne pas dépasser», prévient le responsable au transport à la Ville, Réal Ménard.

«Je suis convaincu que les policiers vont trouver l'équilibre. Si ce n'est pas, je n'hésiterai pas à faire des représentations qui s'imposent», complète M. Ménard à l'effet qu'il demandera à rencontrer le chef de police s'il le juge nécessaire.

Le fait est que la Ville multiplie les efforts afin de pousser les Montréalais à délaisser la voiture pour le vélo depuis des années. Elle ne voudrait pas voir la répression policière anéantir ces progrès.

Le SPVM tient à rassurer les sceptiques.

«C'est parce que les piétons et les cyclistes représentent une partie de notre clientèle, qu'on a décidé d'avoir une patrouille à temps plein à vélo. On croit que les cyclistes seront plus réceptifs si les policiers sont à vélo eux aussi», indique l'inspecteur qui stipule que les vélopatrouilles feront aussi de faire de la prévention.

Ceci ne rassure pas du tout l'organisme Vélo Québec craint un manque de discernement.

« Je voudrais que les policiers s'attaquent aux comportements des cyclistes dangereux, rétorque Suzanne Lareau, présidente de VQ. Quand je vois qu'ils donnent des contraventions à 8h le matin sur Prince-Arthur (zone piétonne) alors qu'il n'y a pas de piétons, c'est une perte de temps.»

etienne.laberge@quebecormedia.com

 
 

Incontournables