24 HEURES - Le mardi 2 septembre 2014

11e salon du vélo de Montréal

Le vélo 2.0 fait son entrée

14/02/2013 17h28 - Mise à jour 14/02/2013 17h35

Le Salon du vélo de Montréal aura des airs de technologie.
Photo Agence QMI
Après s'être heurté à des améliorations purement mécaniques durant des décennies, le vélo entre dans l'ère techno. Téléphone intelligent, GPS, port de recharge USB, vitesses électroniques. Rien ne va plus sur deux roues! Le vélo n'est plus ce qu'il était.

L'arrivée de la technologie liée à la miniaturisation des composantes y est pour quelque chose.

Le Salon du vélo ce week-end à la place Bonaventure sera l'occasion d'essayer des vélos hauts de gamme équipés de dérailleurs électroniques.

Pour 4000 $, vous pouvez maintenant attaquer une pente en changeant de vitesse comme dans une formule 1, en appuyant sur un bouton.

Un modèle adapté à la conduite urbaine, tout aussi hi-tech, est attendu pour le printemps.

Le vélo a changé

Des conseillers vous montreront comment charger les cartes de pistes cyclables dans votre GPS, de quoi rouler sur les plus belles routes sans faire de détours inutiles.

Pour ce qui est de votre lumière clignotante, elle se charge à même votre ordinateur.

«Quand on regarde ça, c'est fou l'évolution du vélo, constate David Magnan, de Sport GTH. On ne reconnait plus le vélo qu'on avait il y a 10 ans.»

Les Allemands ont même conçu une dynamo capable de générer suffisamment d'énergie pour recharger votre cellulaire. Ne reste plus qu'à réveiller vos mollets et pédaler.

«Les entreprises ont énormément investi en recherche et développement, relate Denise Belzil de Techno Cycles. Les composants sont maintenant très efficaces et leur prix baisse chaque année.»

Super ordinateur pour le confort

Il n'y pas que le vélo lui-même qui hérite des avancées technologiques.

Le cycliste peut maintenant obtenir une position parfaite sur sa monture en calculant la puissance développée dans chacune de ses jambes grâce à une «unité de positionnement dynamique informatisée».

«C'est très complexe. L'ordinateur tient compte de la position de tes pieds, tes hanches, tes genoux, ta tête... Ensuite le calculateur d'angle analyse la puissance en watts pour chaque coup de pédale», explique David Magnan, qui présentera l'engin de laboratoire pour la première fois au salon.

Les deux écrans présentent ensuite sur vidéo la position du cycliste.

Il devient ainsi possible d'améliorer le confort sur la monture de façon très précise.

«Il n'y a rien de laissé au hasard. La machine ne connait pas de limite et analyse des données à l'infini», complète-t-il.

Il n'y a que deux "simulateur" de ce genre au Québec. Chacun vaut plusieurs dizaines de milliers de dollars.

etienne.laberge@quebecormedia.com

 
 

Incontournables