24 HEURES - Le mercredi 23 juillet 2014

Une firme analysera les dépenses de trois sénateurs

08/02/2013 19h23 

L'annonce de cet examen a été faite vendredi par le sénateur David Tkachuk.
Photo archives / Agence QMI
OTTAWA - La firme de vérificateurs externes Deloitte a été mandatée par le Sénat pour examiner des déclarations de résidence et les dépenses connexes de trois sénateurs, dont celles du sénateur indépendant Patrick Brazeau.

Ce dernier a été libéré sous conditions, vendredi matin, après sa comparution au palais de justice de Gatineau alors qu'il est accusé de voies de fait simples et d'agression sexuelle. Le sénateur Brazeau a été exclu du caucus conservateur, jeudi, à la suite de son arrestation à sa résidence de Gatineau. Mardi, le caucus conservateur au Sénat présentera une motion afin qu'il soit placé en congé forcé rémunéré.

L'annonce de cet examen a été faite vendredi par le sénateur David Tkachuk. Les dossiers du sénateur conservateur Mike Duffy et du sénateur libéral Mac Harb seront aussi scrutés par la firme comptable.

Les trois sénateurs font l'objet d'un examen pour avoir réclamé une allocation de subsistance pour leur «résidence secondaire» dans la région d'Ottawa alors qu'ils n'auraient pas d'autre adresse ailleurs.

Plus tôt cette semaine, un reportage de Postmedia laissait entendre que le sénateur Duffy vivait durant la majorité de l'année à sa résidence d'Ottawa, mais qu'il avait réclamé une allocation de subsistance de 33 000 $ depuis 2010.

Dans une déclaration envoyée vendredi, le sénateur Duffy a indiqué qu'il représentait les «contribuables avec soin».

«Les Canadiens savent que je ne ferais jamais rien pour trahir la confiance du public. J'ai une résidence à l'Île-du-Prince-Édouard, comme l'exige la loi. Je ne ferai aucun autre commentaire tant que l'examen ne sera pas terminé», a indiqué le sénateur Duffy.

En novembre, CTV News rapportait que le sénateur Brazeau obtenait l'allocation de subsistance qui est offerte aux sénateurs vivant à l'extérieur de la région d'Ottawa pour une résidence située à Maniwaki, au Québec, une municipalité située à moins de deux heures de voiture de la capitale fédérale.

Abolition du Sénat

Lors de la période de questions aux Communes, vendredi, le NPD a à nouveau réclamé l'abolition du Sénat à la suite de l'annonce de l'examen concernant les agissements de M. Brazeau, M. Duffy et M. Harb.

«Après avoir qualifié le Sénat de «relique du XIXe siècle», le premier ministre a retourné sa veste et a nommé plus de sénateurs que Mulroney», a lancé le député de Rosemont-La Petite-Patrie, Alexandre Boulerice.

«Les contribuables doivent maintenant payer des millions de dollars pour que les amis du premier ministre et les grands donateurs du Parti conservateur puissent se dorer la couenne jusqu'à la fin de leurs jours. Pourquoi pas juste abolir cette institution archaïque, antidémocratique et aussi dépassée que les phonographes ou les allumeurs de réverbères?», a-t-il ajouté.

À Vancouver, le premier ministre Stephen Harper a rappelé que son gouvernement voudrait voir une réforme du Sénat avec laquelle les membres de la Chambre haute seraient élus par les citoyens.

Ottawa a récemment renvoyé son projet de réforme du Sénat à la Cour suprême pour qu'elle lui montre la procédure à suivre.

 
 

Incontournables