24 HEURES - Le mardi 21 octobre 2014

Ville de Montréal

Les fonctionnaires François Thériault et Yves Themens congédiés

08/02/2013 12h32 

Yves Themens
Photo: Agence QMI / Archives

MONTRÉAL - La Ville de Montréal a imposé des mesures disciplinaires à l'endroit de fonctionnaires municipaux relevant de la Direction des infrastructures, et qui avaient été éclaboussés à la commission Charbonneau.

Les employés François Thériault, Yves Themens, Gilles Vézina et Michel Paquette faisaient l'objet d'une enquête en raison d'irrégularités constatées dans le cadre de leurs fonctions.

M. Thériault et Themens ont été congédiés de leur emploi, vendredi, parce que l'enquête a permis de constater les irrégularités suivantes dans l'exercice de leurs fonctions : entraîner des dépenses non justifiées par la Ville, provoquer l'augmentation de quantités de matériaux non justifiée, faire payer par la Ville des travaux sans pièces justificatives, entretenir des liens de proximité avec des entrepreneurs, accepter des avantages de la part d'entrepreneurs.

Dans le cas de M. Vézina, la Ville de Montréal a souligné qu'il avait signifié son intention de démissionner de la Ville de Montréal le 1er mars 2013.

Michel Paquette pourra pour sa part réintégrer la Direction des infrastructures. «Après avoir analysé l'ensemble du dossier et pris connaissance de nouveaux éléments ayant été portés à sa connaissance, la Ville annonce que sa suspension sans solde a pris fin le 7 février 2013», a-t-on indiqué dans un communiqué.

Enquête

Après avoir recueilli assez d'éléments accablants, la Ville de Montréal avait suspendu sans solde MM. Themens, Paquette et Therriault dès le mois d'octobre, puis M. Vézina, en novembre, et ce, à la suite d'allégations de corruption dans le milieu de la construction.

Le directeur principal du service du capital humain et des communications de la Ville de Montréal, Jean Yves Hinse, a fait savoir que l'enquête a été menée par le Bureau du contrôleur général de la Ville de Montréal. «On doit prendre la mesure la plus appropriée dans les circonstances», a-t-il souligné à propos de ces mesures «sévères».

Selon M. Hinse, la difficulté de l'enquête était de ne pas se servir de ce qui avait été révélé à la commission Charbonneau.

«On reste pour l'instant vague pour protéger nos droits», a-t-il ajouté, en soulignant que les personnes concernées pouvaient prendre des recours devant les tribunaux.

Par ailleurs, Jean Yves Hinse a réitéré le fait qu'en vertu des lois existantes, la Ville ne pouvait pas mettre fin aux versements des prestations de retraite d'ex-employés, parlant d'«acquis», de «patrimoine familial» et de «droits insaisissables».

Les quatre fonctionnaires avaient comparu à la commission Charbonneau.

Yves Themens : chef de section pour la Ville de Montréal

Il a dit devant la commission qu'il était habitué de recevoir des cadeaux d'entrepreneurs en construction. Il avait notamment demandé lui-même des billets de hockey à une firme qui décrochait des contrats publics. Quand ce n'était pas des billets pour le Centre Bell, M. Thémens recevait «une ou deux» bouteilles de vin par année, à partir de 2004, ainsi que des paniers-cadeau à Noël. Il est aussi allé dans des tournois de golf payés par des entrepreneurs.

François Thériault : surveillant de chantier

L'homme de 54 ans, qui a témoigné en novembre à la commission Charbonneau, a été arrêté en décembre par la Sûreté du Québec. Il fait face à des accusations de parjure et d'entrave à la justice.

François Thériault s'était montré évasif et disait n'avoir jamais eu vent de corruption. Il disait en avoir entendu parler dans les journaux quand la commission avait été mise sur pied.

L'ingénieur Luc Leclerc avait laissé entendre que François Thériault touchait 15 % des extras sur certains chantiers.

François Thériault a spécifié qu'il ne sollicitait personne. Selon ce qu'il a raconté, il recevait les billets que les entrepreneurs n'avaient pas réussi à donner.

Gilles Vezina : chef d'équipe à la Ville de Montréal

M. Vézina a notamment raconté qu'à deux occasions, alors qu'il était en position d'autorité, des entrepreneurs l'ont invité à souper dans des restaurants du centre-ville, puis l'ont invité à aller terminer la soirée dans une chambre d'hôtel en compagnie d'escortes. Le chef d'équipe a aussi raconté qu'il se faisait inviter à dîner au restaurant au moins une vingtaine de fois par année.

Les entrepreneurs en profitaient pour faire avancer leurs dossiers de réclamations d'extras, et ils s'assuraient de transmettre le message aux bonnes personnes.

Michel Paquette : agent technique chargé de la surveillance des travaux

Vingtième témoin à se rendre à la barre de la commission Charbonneau, Michel Paquette a dit avoir participé à environ une cinquantaine de tournois de golf sur une période de 10 ans, une activité qu'il préférait aux invitations à souper.


 
 

Incontournables