24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Disparition des logements à prix abordable

17/01/2013 16h50 

L'ancienne gare de triage Outremont.
Photo: Archives
Les membres de la Coalition Marconi-Beaumont craignent toujours l'embourgeoisement du secteur de la gare de triage Outremont., après la remise d'un rapport préliminaire de la Ville de Montréal.

« Ça nous laisse un peu sur notre faim. Il n'y a rien de très concret là-dedans », affirme Martin Blanchard, membre de la Coalition.

Les membres du regroupement qui milite contre la disparition des logements à prix abordable dans le secteur aux abords de l'ancienne gare Outremont se disent peu convaincus de la version préliminaire du Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) dévoilé par la Ville, jeudi.

« Malgré le fait que les bonnes intentions énoncées soient intéressantes, elles n'assurent rien pour l'avenir du secteur. Nous faisons face à un quartier en forte transformation et il serait grave qu'un laissez-faire s'instaure », insiste M. Blanchard.

Celui-ci dénonce le fait que la venue de nouveau campus l'Université de Montréal offre une opportunité à plusieurs propriétaires qui veulent faire une marge de profit. Plusieurs d'entre eux de transforment leurs logements locatifs en condominiums ou vendent leur terrain à des promoteurs qui y construisent des blocs en copropriété.

« Déjà en 2012 il y a eu plus de 1000 conversions. On le sent déjà, la population plus pauvre semble être évacuée du quartier. Le salaire moyen des nouveaux résidents est déjà égal à la moyenne montréalaise », se désole M. Blanchard.

Pour l'instant, la version préliminaire PDUES semble être favorable aux logements sociaux. « Nous nous attendons à ce que près de 1300 logements supplémentaires soient créés dans le quartier et 15 % d'entre eux seront à vocation sociale ou communautaire », souligne Alain Tassé, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.

emmanuel.delacour@quebecormedia.com

 
 

Incontournables