24 HEURES - Le samedi 22 novembre 2014

Politique

Stephen Harper va rencontrer les Premières Nations

04/01/2013 11h30 - Mise à jour 04/01/2013 13h57

Stephen Harper
Photo: Archives Reuters
OTTAWA – Le premier ministre Stephen Harper a accepté de rencontrer les chefs des Premières nations le 11 janvier prochain, pour tenter de faire avancer divers dossiers qui animent le mouvement de protestation autochtone Idle No More.

M. Harper a indiqué qu’il voulait donner suite aux engagements pris lors de la Rencontre historique entre la Couronne et les Premières Nations le 24 janvier 2011. Il avait été question de renforcer les partenariats, de miser sur le développement économique et d’établir «des structures de gouvernance efficaces».

«C’est dans cet esprit de dialogue permanent que je participerai, en compagnie du ministre (des Affaires indiennes) Duncan, à une réunion de travail avec une délégation de dirigeants des Premières Nations coordonnée par l’Assemblée des Premières Nations le 11 janvier 2013», a indiqué M. Harper dans un communiqué.

Cette rencontre de travail sera axée sur deux thèmes : «les relations fondées sur les traités et les droits des peuples autochtones, ainsi que le développement économique», a souligné le premier ministre.

«Le gouvernement du Canada et les Premières Nations entretiennent des relations durables fondées sur le respect mutuel, l’amitié et le soutien. Le gouvernement est résolu à renforcer ces relations», a ajouté M. Harper.

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations, Shawn Atleo, avait invité le premier ministre Stephen Harper et le gouverneur général David Johnston jeudi, à faire le point sur les griefs des nations autochtones lors d’une rencontre le 24 janvier.

La chef de la réserve d'Attawapiskat, Theresa Spence, a entamé une grève de la faim depuis 25 jours pour conscientiser la population et le premier ministre Harper aux conditions de vie déplorables des autochtones.

Elle se nourrit principalement de bouillon de poisson depuis le 11 décembre dans un abri installé sur l’île Victoria dans la rivière des Outaouais, à deux pas de la colline parlementaire à Ottawa.

«Elle est bien, mais on peut dire que son physique est faible», a indiqué son porte-parole, Danny Metatawabin lors d’une conférence de presse donnée vendredi à Ottawa.

Les chefs autochtones ont alors exprimé leur frustration devant la lenteur d’Ottawa à prendre des mesures pour améliorer les conditions de vie des autochtones. Informés de la tenue d’une rencontre le 11 janvier, les chefs autochtones ont salué l’initiative du premier ministre Harper qu’ils ont qualifié de premier pas encourageant.

À Oakville, en Ontario, où il a annoncé le renouvellement d’un fonds d’aide à l’industrie automobile de 250 millions $, M. Harper a précisé qu’il avait rencontré le chef Atleo en novembre pour donner suite aux engagements pris dans le cadre de la Rencontre historique «et de s’assurer que nous réalisons des progrès». D’autres rencontres sont prévues pour relever les nombreux «défis à long terme» des communautés autochtones et réaliser leur plein potentiel, a-t-il précisé.

«Nous voulons réaliser ce potentiel», a soutenu M. Harper lors d’un point de presse.

Par ailleurs, il a ajouté que les manifestants avaient le droit de manifester et de s’exprimer pour autant qu’ils respectent les lois.

 

 
 

Incontournables