24 HEURES - Le jeudi 30 octobre 2014

Emploi

Le taux de chômage diminue à 7,3% au Québec

04/01/2013 10h53 - Mise à jour 04/01/2013 13h23

La région de Montréal a connu une amélioration par rapport au taux de décembre 2011.
Photo Fotolia
OTTAWA – Le taux de chômage a diminué au Québec en décembre, mais le recul s'explique par le fait qu'un moins grand nombre de personnes était à la recherche d'un emploi, selon Statistique Canada.

Le taux de chômage dans la province a baissé de trois dixièmes de point de pourcentage pour s'établir à 7,3 %, a indiqué l’agence fédérale vendredi.

En moyennes mobiles de trois mois, le taux s'affiche à 7,9 % dans la région métropolitaine de recensement de Montréal, ce qui représente une amélioration par rapport à 8,6 % en décembre 2011.

Montréal est suivie de près par Trois-Rivières, avec un taux de chômage de 7,2 %.

La région de Sherbrooke affiche le même taux qu'à Gatineau, soit 6 %.

Québec et sa région continuent d'afficher le plus bas taux de chômage de la province, à 4,1 %.

Le taux de chômage le plus élevé a été observé dans la région de Saguenay. À 9,3 %, il s'agit d'une nette détérioration comparativement à décembre 2011, alors que le taux était de 4,7 %.

Statistique Canada a aussi indiqué qu'il s'est créé 12 000 emplois à temps plein au Québec en décembre. Le bilan net de création d'emplois est de 5800, tenant compte de la perte de 6100 emplois à temps partiel.

Par rapport à 12 mois plus tôt, l'emploi a progressé de 1,5 %.

Stéfane Marion, économiste en chef à la Banque Nationale, a noté qu'en 2012, le Québec a créé 138 000 emplois, ce qui constitue la meilleure année depuis 10 ans. Qui plus est, le Québec a surpassé l'Ontario par 38 000 emplois, toujours en termes de création d'emplois.

«Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas vu le Québec s'accaparer 44 % des emplois créés au pays au cours d'une année», a indiqué M. Marion, pour qui les chiffres donnent toutefois à croire que les entreprises auront de plus en plus de difficulté à dénicher des candidats qualifiés pour les postes à pourvoir.

Au Canada, l'agence fédérale a observé la création nette de 39 800 emplois, alors qu'il s'est créé 41 200 emplois à temps plein et qu'il s'est perdu 1400 emplois à temps partiel.

Le taux de chômage a diminué d'un dixième de point, à 7,1 %. Il s'agit du plus bas niveau en quatre ans.

M. Marion estime toutefois que cette «excellente» création d'emplois au pays ne sera pas soutenable à moyen terme.

«Il faut être réaliste, a-t-il commenté. La croissance démographique canadienne en général sous-entend une croissance de 12 000 postes par mois, alors les créations de 40 000 ou 50 000 emplois qu'on a vues dernièrement ne sont pas soutenables.»

Chez les hommes de 25 à 54 ans, le taux de chômage s'affichait à 5,9 % en décembre, ce qui représente aussi le plus bas taux en quatre ans.

Le taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans atteignait 14,1 %, alors qu'il s'est maintenu autour de 14 % au cours des deux dernières années.

L'emploi a progressé dans le secteur privé, en hausse de 59 400, alors que dans le secteur public, Statistique Canada a constaté la création de 3200 emplois.

Le nombre de travailleurs dans le transport et l'entreposage a augmenté de 21 500, alors que celui dans la construction a progressé de 17 800. Dans ce dernier secteur, l'emploi s'est maintenu à peu près au niveau enregistré en décembre 2011.

Le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a écopé, avec une perte de 41 500 emplois. D'une année à l'autre, le repli est de 69 100 emplois.

 

 
 

Incontournables