24 HEURES - Le vendredi 31 octobre 2014

Les Reyez Méndez craignent l'expulsion

18/12/2012 15h57 - Mise à jour 18/12/2012 16h01

La famille se présentera en cour le 27 décembre pour connaître sa date d'expulsion.
Marie-Pier Gagné/24h

Une famille mexicaine, immigrée à Montréal il y a quatre ans, s'attend à être expulsée du pays dans les prochains mois. Une décision de la justice canadienne que les Reyes Méndez qualifient d'injuste.

Les Reyes Mendez ont quitté le Mexique en 2008, après que le père ait été enlevé à trois reprises, selon leurs dires. En mai 2012, la famille a été avisée que la demande d'asile effectuée à son arrivée avait été refusée. Leur appel rejeté, ils doivent se présenter en cour le 27 décembre pour connaître la date de leur expulsion.

«Les délais d'expulsion sont très courts. On parle parfois d'un mois seulement, a souligné Amir Khadir, qui était venu soutenir la famille. Ce sont des bonnes personnes. Ils vont à l'école, ils ont appris le français, ils s'impliquent dans la communauté. Qu'est-ce qu'Ottawa voudrait de plus?»

Tristesse et désespoir

Plusieurs amis de la famille se sont rassemblés mardi, dans les locaux de l'Église Marantha, pour appuyer leurs démarches. «C'est vraiment inconcevable!», répétait sans cesse une dame. D'autres avaient peine à retenir leurs larmes à l'idée de perdre leurs amis, qui se sont impliqués bénévolement dans le bon fonctionnement de l'Église depuis leur arrivée.

«Je remercie la vie de m'offrir la chance d'être au Canada, a affirmé Ingrid Reyes, âgée de 17 ans seulement. Ici, je me sens en sécurité, mais juste le fait de penser qu'il y a possibilité qu'on doive retourner au Mexique me dégoute. Je sais que chaque jour, j'aurais peur pour ma vie et celle de ma famille».

Remises en question

La décision de refuser le statut de réfugiés aux Reyes Méndez remet en question, une fois de plus, le système d'immigration canadien. Le gouvernement canadien conseille à ses citoyens d'éviter certaines régions du Mexique en raison du niveau de violence trop élevé. Cependant, il refuse d'octroyer l'asile à de nombreux ressortissants mexicains qui fuient leur pays pour cette même raison.

Les Reyes Mendez voudraient effectuer une demande pour considérations d'ordre humanitaire, mais l'arrivée de la loi C-31, le 15 décembre, fait en sorte qu'ils devraient attendre un an avant de la faire.

 
 

Incontournables