24 HEURES - Le lundi 20 octobre 2014

Rapport de 2004

Gérald Tremblay doit témoigner à la commission Charbonneau

18/12/2012 14h25 

Gérald Tremblay
Photo: Agence QMI / Archives

MONTRÉAL – L'ancien maire de Montréal, Gérald Tremblay, qui a démissionné dans la tourmente le 5 novembre dernier, doit absolument apporter son témoignage à la commission Charbonneau en matière d'adjudication des contrats publics dans la métropole, selon Richard Deschamps.

Le conseiller municipal et ancien vice-président du comité exécutif sous l'administration Tremblay a réagi mardi à la petite bombe qu'a lancée le nouveau maire de Montréal, Micheal Applebaum, lundi.

M. Applebaum a déclaré que l'ancien bras droit du maire Tremblay, Frank Zampino, et l'ex-directeur général de la Ville, Robert Abdallah, avaient tous les deux pris connaissance d'un rapport de 2004 confirmant la collusion et l'explosion des coûts des travaux sur l'île de Montréal.

Gérald Tremblay a sans cesse soutenu ne pas avoir été informé de ce fameux rapport. «J'ai toujours cru la parole du maire, a dit M. Deschamps en entrevue avec Mario Dumont, mardi matin. Il va falloir qu'il puisse expliquer sa version des faits. Il a toujours demandé d'aller devant la commission Charbonneau. Là, c'est à la Commission de gérer ça.»

Le chef par intérim d'Union Montréal a ajouté que la Commission Charbonneau devrait recevoir tous les gens qui peuvent éclairer le fonctionnement de l'octroi des contrats publics.

«Le maire de Montréal a été au cœur de ces décisions-là au cours des 11 dernières années, a-t-il dit. Ça serait intéressant d'entendre sa version des faits comme celle d'autres personnes par rapport à des allégations qui sont lancées sur des partis politiques ou sur d'autres organisations. Je suis pour la recherche de la vérité.»

Le rapport de 2004, qui confirmait que les Montréalais payaient de 30 % à 40 % plus cher leurs infrastructures qu'ailleurs dans la province n'aurait été dévoilé aux élus qu'en novembre dernier.

Le maire Michael Applebaum a obtenu lundi les conclusions de l'enquête du contrôleur général sur ce rapport vieux de huit ans.

«Après avoir lu les conclusions de l'enquête, c'est clair que MM. Zampino et Abdallah avaient vu l'étude», a-t-il dit devant les journalistes.

Pour sa part, la chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, Louise Harel, soutient que le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, devrait ouvrir une enquête sur ce rapport qui soulève plusieurs questionnements.

 
 

Incontournables