24 HEURES - Le vendredi 31 octobre 2014

Convention collective

Les paramédics manifestent dans plusieurs grandes villes du Québec

17/12/2012 21h41 

Les ambulanciers du Syndicat des Paramédics de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec ont manifesté devant les bureaux de François Gendron à Amos et La Sarre.
Photo Mathieu Proulx / Agence QMI

MONTRÉAL - Sans contrat de travail depuis avril 2010, les paramédics ont manifesté lundi dans plusieurs grandes villes du Québec. Ils souhaitent faire pression sur le ministère de la Santé et les associations patronales en vue de débloquer les négociations sur le renouvellement de leur convention collective, qui avaient débuté en avril 2011.

Entre 180 et 200 membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) se sont rassemblés en milieu d'après-midi aux abords du pont Jacques-Cartier, à Montréal, selon le porte-parole de la FSSS-CSN, François Forget, qui a précisé que des paramédics sont venus de Sherbrooke et de la Montérégie.

«Ce que nous demandons est une simple question de reconnaissance professionnelle et sociale, comme cela a été le cas pour d'autres catégories de professionnels de la santé et des services sociaux, a expliqué dans un communiqué Réjean Leclerc, l'un des porte-parole du comité national de négociation du secteur préhospitalier FSSS-CSN. À défaut, nous allons tout mettre en œuvre pour obtenir gain de cause, car nous visons un règlement avant Noël.»

Une cinquantaine d'ambulanciers de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont également manifesté devant le bureau du député de Chicoutimi et président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard.

«On savait qu'il était là, on espérait avoir une opportunité de lui parler», a expliqué le conseiller syndical au SAMVR-CSN, Yannick Joyal.

Les ambulanciers se préparent à entrer officiellement en grève le 24 décembre si les négociations n'ont pas avancé d'ici là. Toutefois, le député est sorti et s'est adressé aux paramédics.

«On a eu un message encourageant de sa part, il nous a dit qu'en lien avec nos revendications, il croyait qu'il y a moyen de s'entendre d'ici Noël», a raconté M. Joyal.

En Abitibi, les 70 ambulanciers affiliés à la CSN se sont présentés devant les bureaux de François Gendron à La Sarre et Amos pour exprimer leur mécontentement.

Depuis le 26 novembre, les ambulanciers refusent d'encadrer des stagiaires et de raccompagner le personnel d'escorte médicale. D'autres moyens de pression pourront venir s'ajouter d'ici Noël. Le syndicat promet toutefois de ne pas perturber les services à la population avant le déclenchement de la grève.

Jugée insatisfaisante par les paramédics, la dernière entente de principe avait été rejetée à 71 % cet automne. Ils réclament entre autres une réduction du nombre d'échelons salariaux, une bonification de leur régime de retraite, une amélioration de la période probatoire et la fin des frais de casernes imposés par certains employeurs en région.

 
 

Incontournables