24 HEURES - Le mercredi 16 avril 2014

Montréal-Sherbrooke en métro volant

30/11/2012 04h00 

Le monorail voyagerait à 10 mètres au-dessus du sol.
Photo de courtoisie
Un train monorail filant à 250 km/h juché à 10 mètres au-dessus du sol qui relie Montréal et Sherbrooke : une lubie ? Des Québécois souhaitent que le chantier se mette en branle dès 2013.

Consultez la vidéo.

Le moyen de transport électrique fonctionnerait sur pneumatiques, comme le métro, mais serait propulsé par 16 moteurs intégrés dans les roues de chacune de voitures.

Le métro volant entre Sherbrooke et Montréal coûterait 1,8 milliards $ pour 148 km. « Pas cher », font valoir les promoteurs, quand on voit que les maigres 42 km l'ouest de l'autoroute 30, à eux seuls, ont coûté la même somme.

« On pourrait accrocher le monorail en porte-à-faux au pont Jacques-Cartier tellement c'est léger», s'excite déjà Jean-Paul Marchand, coordinateur de la coopérative TRENS Québec, à l'origine du projet, à l'effet qu'il pourrait régler les problèmes de bouchons de circulation.

Sur la planche à dessin de la coop, ce P'tit train du Nord nouveau genre sillonnerait une vingtaine de villes, dont Sept-Îles.

« C'est de deux à trois fois moins cher que la construction d'un TGV (train à grande vitesse) et six fois moins cher que le tramway », poursuit M. Marchand.

La neige, aucun problème

La neige et le verglas ne seraient pas un problème puisque l'unique rail serait recouvert. Il ne reste plus qu'à construire un prototype pour tester la vibration de la structure à haute vitesse et mesurer l'impact du vent.

Le chef du parti Projet Montréal, Richard Bergeron, endosse l'implantation d'un tel moyen de transport.

« Je souhaite que le gouvernement du Québec fasse un pas de plus et passe à la phase de vérification de la technologie. C'est une étape qui coûtera 250 millions $, et on veut que ça se fasse à Montréal », fait savoir l'aspirant maire de la métrople.

Il souligne que le monorail suspendu s'arrimerait parfaitement au futur tramway et au téléférique Montréal-Longueuil qu'il compte mettre sur pied s'il est élu.

On se l'arrache

Bien que les millions ne soient pas encore sur la table, le train de l'avenir suscite déjà l'engouement.

L'actuel ministre de la Santé, Réjean Hébert, veut que le monorail passe dans sa circonscription, en Estrie, et la ville de Trois-Rivières se voit déjà accueillir son siège social.

etienne.laberge@quebecormedia.com

 
 

Incontournables