24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Rawdon

Une nouvelle mariée se noie dans les chutes Dorwin

24/08/2012 16h45 - Mise à jour 25/08/2012 08h14

Photo Courtoisie Facebook
RAWDON – La nouvelle mariée de 30 ans qui est morte noyée vendredi, dans la rivière Ouareau, près des chutes Dorwin, à Rawdon, se nomme Maria Pantazopoulos.

L'agente immobilière originaire de Laval participait à une séance de photo durant laquelle elle portait sa robe nuptiale, vendredi.

Le malheureux incident est survenu vers 14 h alors que la jeune mariée et son photographe, Louis Pagakis, se trouvaient dans l'eau afin de prendre des clichés de la femme vêtue de sa longue robe blanche, qu'elle était volontairement en train de ruiner, une nouvelle tendance.

Mme Pantazopoulos, qui était mariée depuis le 9 juin, se trouvait dans l'eau pour les besoins de la séance photo thématique.

«Je lui ai demandé si elle savait nager. Elle m'a dit "oui"», a mentionné le photographe Louis Pagakis.

La jeune mariée avait pour objectif d'être immortalisée dans sa robe blanche dans un décor peu conventionnel pour ne plus jamais la revêtir par la suite.

Après quelque temps, la robe s'est retrouvée de plus en plus mouillée et est devenue très lourde pour la mariée qui se trouvait dans un endroit rocailleux, d'une profondeur d'environ 30 pieds.

«La robe est devenue trop pesante pour la dame et c'est pourquoi elle a été emportée par le courant de l'eau», a indiqué Ronald McInnis, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ.)

Vain secours

«C'était une anglophone et elle s'est mise à crier 'Help!', a fait savoir un homme qui a été témoin de la tragédie. La femme n'était plus capable de nager et elle criait.»

Le photographe et un citoyen ont tenté de porter secours à la dame, en vain, la robe étant trop imbibée d'eau.

«Je me suis jeté à l'eau et j'ai essayé de la sauver. J'ai essayé, j'ai crié», a évoqué avec émotion le photographe.

Deux policiers appelés sur les lieux se sont déshabillés et ont nagé pendant plus d'une heure et demie afin de sauver la jeune femme, selon le porte-parole de la SQ.

«Le corps de la femme a finalement été retrouvé à 18 h», a mentionné Pierre Leblanc, directeur adjoint du Service de la sécurité incendie de Rawdon. La dépouille a été retrouvée dans un bassin au pied des chutes Dorwin, soit à environ 50 pieds de l'endroit où la femme de se faisait photographier.

C'est un citoyen habitué à faire de la plongée dans le secteur qui l'a retrouvée. Quelques membres de la famille étaient présents au moment où le corps a été repêché. Le mari de la jeune femme n'était pas sur place.

Zone de baignade interdite

La baignade dans ce secteur des chutes Dorwin est interdite, a confirmé M. Leblanc. Par contre, cette réglementation n'empêche pas plusieurs baigneurs et fêtards de profiter de l'endroit lorsqu'il n'est pas surveillé.

Il s'agit de la 54e noyade à survenir sur le territoire de province depuis le début de l'année. Trois personnes ont perdu la vie en deux ans dans le secteur du Parc des chutes Dorwin.

«Détruire la robe»

Depuis quelques années, les séances «Détruire la robe» («Trash the dress»), une tendance provenant de Las Vegas, sont devenues très populaires auprès des jeunes mariées qui souhaitent garder un autre souvenir de leur robe au lieu de la laisser traîner dans leur garde-robe.

Les femmes sont appelées à se faire photographier vêtue de leur robe dans la boue, dans le sable, dans l'eau, ou en pleine action dans des lieux peu ordinaires.

Il s'agit d'une opportunité pour les mariées de montrer un côté plus rebelle que celui du jour du mariage, en plus de conserver un souvenir différent de leur précieuse robe.

Avec la collaboration de Guy Latour et Mario Durieux.

 
 

Incontournables