24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Élections

Le ministre de la Santé doit donner l'exemple, dit Marois

11/08/2012 20h28 

Pauline Marois
Photo ANNIE T ROUSSEL / AGENCE QMI
TERREBONNE – La chef du Parti Québécois a dit samedi que le ministre de la Santé devait donner l'exemple en ce qui a trait aux saines habitudes de vie. Questionnée sur le sujet, Pauline Marois a souligné qu'un ministre doit donner l'exemple.

«Je crois qu'un ministre de la Santé a un devoir d'être exemplaire», a dit la leader péquiste.

«Comme pour moi d'ailleurs un ministre de l'Éducation a un devoir d'être exemplaire, d'envoyer ses enfants à l'école publique, par exemple», a-t-elle ajouté lors d'un point de presse à la Cité des sports à Terrebonne.

Mme Marois était en compagnie de son candidat, le Dr Réjean Hébert, qui a également rappelé l'importance de la santé, la bonne alimentation et l'activité physique.

Dans une entrevue au Journal de Montréal le 3 août, les trois aspirants au poste de ministre de la Santé – le Dr Yves Bolduc, le Dr Hébert et le Dr Gaétan Barrette – ont fait part de leurs habitudes de vie.

Alors que le Dr Hébert disait avoir une alimentation équilibrée, le Dr Barrette admettait ne pas être un exemple à suivre en la matière.

«Je ne suis pas le modèle de santé. [...] Je suis un individu gourmand, a-t-il confié. Et la nourriture diète n'est pas nécessairement gourmande. À un moment donné, je vais venir à le corriger [ce défaut]».

PQ et CAQ : le Dr Barrette réplique à Pauline Marois

MONTRÉAL – Le Dr Gaétan Barrette, candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Terrebonne, a réagi rapidement, samedi soir, aux propos que Pauline Marois a tenus en point de presse samedi, selon lesquels elle affirmait qu'un ministre de la Santé devait donner l'exemple en ce qui a trait aux saines habitudes de vie.

«Je crois qu'un ministre de la Santé a un devoir d'être exemplaire», a dit la leader péquiste.

«Comme pour moi d'ailleurs un ministre de l'Éducation a un devoir d'être exemplaire, d'envoyer ses enfants à l'école publique, par exemple», a-t-elle ajouté lors d'un point de presse à la Cité des sports, à Terrebonne.

En entrevue à LCN en début de soirée samedi, le Dr Gaétan Barrette a qualifié la déclaration de la chef péquiste d'«extraordinairement déplorable».

«Moi j'en appelle à tous les candidats. La population s'attend à ce qu'on fasse mieux que ça. La population s'attend à ce qu'on présente des idées à des problèmes réels [elle ne s'attend] certainement pas à de la politique de bas étage comme ça.»

Il s'est par ailleurs attaqué au slogan du PQ, «À nous de choisir» rapportant que le « nous » n'était pas inclusif. «Ça ne me surprend pas ce genre de politique là parce que ça va avec le slogan du Parti québécois. À nous de choisir, c'est nous comme dans “pas les autres”», a-t-il lancé.

Il s'est tout de même dit d'accord avec le fait qu'un ministre de la Santé doit donner l'exemple, mais a ajouté qu'il doit également « être conscient des gens qu'il sert».

«La population, c'est un amalgame de toutes sortes de gens, a-t-il dit. Ce n'est pas le ministre des gens athlétiques, sveltes, aux yeux bleus et [aux cheveux] blonds. [...] Bien sûr il doit faire la promotion de la santé, il doit tenter de donner l'exemple. Mais est-ce que le fait d'être imparfait le disqualifie pour une position de ministre? Je trouve ça pas mal réducteur.»

Le Dr Barrette n'a pas exigé d'excuses formelles de la part de Mme Marois, mais a dit faire appel à sa «bonne conscience».

«Il n'y a pas une femme en politique qui a subi autant de critiques non fondées, injustifiées, méchantes, dans sa carrière, a-t-il ajouté. Et de la voir aujourd'hui utiliser une telle tactique, ça en dit long sur les valeurs du Parti québécois.»

Un peu plus tôt en soirée, le candidat de la CAQ dans Terrebonne avait écrit sur son comte Twitter que «Pauline Marois [venait] d'insulter la moitié de la population du Québec», avant d'ajouter que pour elle, les apparences semblaient «plus importantes que les compétences».

Dans une entrevue au Journal de Montréal le 3 août dernier, les trois aspirants au poste de ministre de la Santé - le Dr Yves Bolduc, le Dr Hébert et le Dr Gaétan Barrette - ont fait part de leurs habitudes de vie. Alors que le Dr Hébert disait avoir une alimentation équilibrée, le Dr Barrette admettait ne pas être un exemple à suivre en la matière.

«Je ne suis pas le modèle de santé. [...] Je suis un individu gourmand, a-t-il confié. Et la nourriture diète n'est pas nécessairement gourmande. À un moment donné, je vais venir à le corriger [ce défaut]».

 
 

Incontournables