24 HEURES - Le samedi 18 novembre 2017

Politique municipale

Un nouveau groupe à la défense de la démocratie

06/03/2012 16h53 - Mise à jour 06/03/2012 16h57

La CDMQ rassemble plusieurs groupes à la défense de la démocratie municipale.
Photo: Emmanuel Delacour
« Nous n'allons pas laisser aller la démocratie municipale devenir dysfonctionnelle comme celle de la Russie », a lancé Michel Seymour, porte-parole de la Coalition pour une démocratie municipale au Québec (CDMQ), ajoutant qu'ils se battraient pour que les citoyens conservent leurs droits.

Le groupe récemment formé rassemble une vingtaine d'organismes apolitiques québécois et s'engage à maintenir et à renforcer la démocratie municipale.

Cette dernière serait « de plus en plus malmenée par des consultations souvent bâclées, tardives ou absentes et par des processus référendaires contournés », selon la coalition.

Contre les zones franches

Le premier cheval de bataille de la CDMQ : le projet de la loi 47 ou Loi sur l'aménagement durable du territoire et l'urbanisme, déposé à l'Assemblée nationale en décembre.

Michel Seymour, qui est aussi membre du Rassemblement pour la sauvegarde du 1420 boulevard Mont-Royal, s'était déjà opposé aux articles 82 et 205 du projet de loi, qui instaurent le concept de « zone franche d'approbation référendaire ».

Si ces articles sont adoptés, les conseils de ville pourraient modifier le zonage d'un terrain sans avoir à enclencher un processus d'approbation référendaire auprès des citoyens.

Le Rassemblement avait fait part de son objection contre ces articles lors d'audiences sur l'avant-projet de loi en mai. Depuis, des regroupements de citoyens, dont la plupart proviennent de Montréal, se sont rassemblés d'une seule voix pour former la CDMQ.

« Cette loi retire aux citoyens la capacité d'agir directement, c'est un retrait de la démocratie directe. Désormais, il sera impossible aux individus d'intervenir entre deux élections », proteste Patricia Lefevre, porte-parole du Groupe de réflexion sur le paysage et le patrimoine et membre de la CDMQ.

Toutefois, la coalition est d'accord avec une révision de la législation concernant le zonage, qu'elle considère « archaïque et incompréhensible ».

L'attachée de presse du ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, Laurent Lessard, a refusé de commenter sur le projet de loi.

Celle-ci, a informé le 24H qu'aucune réaction ne serait diffusée avant les consultations particulières à ce sujet. La date de celles-ci reste encore indéterminée.

emmanuel.delacour@24-heures.ca

 
 

Incontournables