24 HEURES - Le samedi 19 août 2017

Musiciens du métro : à la recherche des perles rares

26/01/2012 19h36 

L'audition de Scott Dunbar, jeudi.
Photo : Sarah Bélisle
Près de 70 artistes sont montés sur les planches dans l'espoir d'être nommés Étoiles du métro, « la crème de leur profession », aux dires d'un des trois juges du concours.

Les quarante musiciens jugés les meilleurs lors des auditions de cette semaine remporteront le titre. Outre une campagne promotionnelle, ils remporteront une place de choix pour se produire dans cinq stations - Jean-Talon, Place-des-Arts, Berri-UQAM, Laurier et Snowdon – en fonction de leurs disponibilités.

Pour l'instant, les artistes désirant se produire dans les stations les plus achalandées doivent se présenter quotidiennement sur place aussi tôt que 4 h du matin afin d'y réserver leur place.

« C'est sûr que pour les endroits les plus fréquentés, ça joue du coude et même du pied des fois », relate Stéphane Lemieux du Regroupement des musiciens du métro de Montréal.

Pour les gagnants, « ça va beaucoup leur faciliter la vie », souligne l'un des juges, Louis Therrien-Galasso de ARTV.

« On a trois catégories de critères. La technique et la performance elle-même, l'originalité et la présentation de la personne, explique M. Therrien-Galasso. « On a eu quelques prestations plus spéciales. On a eu un monsieur sur des échasses qui joue de la flûte traversière. »

Chaude lutte

« Il y a certains candidats qui nous impressionnent particulièrement. Le calibre général est vraiment supérieur à mes attentes », se réjouit M. Therrien-Galasso.

Si les juges ont déjà établi leur top 10 des artistes qui seront « absolument » du lot, la sélection finale sera pénible à faire. « Ce qui va être difficile surtout, ce sera de départager les positions 30 à 50 », précise le juge.

« Si je ne fais pas partie des quarante choisis, je perdrais mon spot à Jean-Talon, à côté d'où j'habite », s'inquiète Scott Dunbar, à la sortie de son audition. Il y joue l'accordéon à temps plein depuis trois ans.

Auteur-compositeur-interprète, David De La Durantaye joue occasionnellement dans le métro. Lui aussi aimerait bien remporter le titre d'Étoile. « Le métro, c'est quand j'ai besoin de retourner à l'essence pure de la musique », souligne-t-il.

Montréal s'insipire d'autres grandes villes qui ont, elles aussi, accordé une place de choix à ses meilleurs musiciens de métro.

« À New York et Toronto, il y a des programmes semblables, assure M. Lemieux. Par contre, là-bas il y a seulement les musiciens sélectionnés peuvent jouer dans le métro, tandis qu'ici, on prend cinq stations du réseau et il va rester au-dessus de 50 panonceaux pour les autres musiciens. »

Quelques candidats :

MARIAME, 43 ans

Origine : Iranienne

Instrument de prédilection : Guitare

Style : Flaminco et jazz

Formation : Autodidacte

Dans le métro : 4 ans

Motivation : Propager son message de liberté des femmes

DEREK WILKIE, 60 ans

Origine : Montréalais

Instrument de prédilection : Saxophone

Style : Jazz et blues

Formation : Études en musique à Concordia

Dans le métro : Environ 15 ans

Motivation : Gagner sa vie et être découvert

FREEMAN WANG, 16 ans

Origine : Né à Boston de parents Chinois

Instrument de prédilection : Piano

Style : Classique

Formation : Plusieurs cours

Dans le métro : 2 ans

Motivation : Lutter contre sa timidité

sarah.belisle@24-heures.ca

 
 

Incontournables