24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Environnement

Le Canada abandonne le protocole de Kyoto

05/12/2011 11h02 - Mise à jour 05/12/2011 13h28

Le ministre de l'Environnement du Canada, Peter Kent.
© Chris Roussakis / Agence QMI
DURBAN, Afrique du Sud – Le ministre fédéral de l’Environnement, Peter Kent, a annoncé officiellement que le Canada ne serait pas partie prenante de la prochaine ronde de l’accord de Kyoto concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le Canada ne sera donc plus soumis à cette entente avec la fin du présent accord l’année prochaine.

« Nous croyons qu’ultimement un nouvel accord doit inclure tous les grands pays émetteurs de gaz à effet de serre, tant dans les États développés qu’en voie de développement. C’est la seule façon de réduire les émissions, afin d’empêcher que le réchauffement global excède deux degrés », a affirmé M. Kent en marge de la conférence sur le climat de Durban en Afrique du Sud.

Le gouvernement libéral de Jean Chrétien avait signé l’accord de Kyoto en 1997, qui prévoyait une réduction de 6 % des émissions polluantes canadiennes par rapport aux niveaux de 1990. Toutefois, Ottawa n’a jamais imposé une réduction des émissions aux industries et aux particuliers pour atteindre ces cibles. Les émissions ont donc continué d’augmenter depuis.

Les conservateurs de Stephen Harper ont toujours refusé de mettre en œuvre des mesures pour respecter ce traité, notamment parce que les États-Unis n’en font pas partie et parce que des pays comme la Chine ou l’Inde ne devaient pas réduire leurs émissions.

Cette phase du protocole de Kyoto vient à échéance l’an prochain. Le Japon et la Russie ont déjà annoncé qu’il ne ferait pas partie de la prochaine ronde de Kyoto.

Le ministre fédéral de l’Environnement a réitéré que le Canada comptait réduire ses émissions de 17 %, par rapport aux niveaux de 2005, d’ici 2020. Il a aussi annoncé que le Canada allait verser 1,2 milliard $ supplémentaires durant les deux prochaines années pour aider les pays en voie de développement à s’adapter aux changements climatiques.

 
 

Incontournables