24 HEURES - Le mercredi 13 décembre 2017

Guignolée Saint-Vincent de Paul : moins de dons

20/11/2011 19h55 

Les bénévoles ont fait la tournée des rues de Montréal lors de la 150e Guignolée de la Société Saint-Vincent de Paul.
Photo: Emmanuel Delacour
Alors que les besoins des personnes défavorisées ne cessent d’augmenter, il est de plus en plus difficile pour les équipes de collecte de la Société Saint-Vincent de Paul (SSVP) d’amasser les fonds et denrées nécessaires lors de leur 150e guignolée.

De 2008 à 2011 au Québec, il y a eu une augmentation de 22 % du recours aux banques alimentaires, selon les chiffres diffusés par la SSVP.

Toutefois, la générosité des citoyens commence à se faire modeste, alors que les personnes qui font du porte-à-porte peinent à trouver les ressources nécessaires.

« Il est vrai que nous avons constaté une baisse graduelle lors des 15 dernières années », explique René Chabot, employé de la SSVP.

Celui-ci travaille en collaboration avec la paroisse du Sacré-Cœur de Jésus, située dans l’est de l’arrondissement Ville-Marie.

Une baisse de l’aide Le curé de l’église Sacré-Cœur, Robert Sirois, ajoutant que même le nombre de personnes qui viennent offrir de leur temps en tant que bénévoles a diminué dernièrement.

« Il y a cinq ans de cela, nous avions facilement une centaine de personnes lors de la guignolée. Aujourd’hui nous pouvons nous compter heureux si nous arrivons à rassembler quarante bénévoles », affirme le père Sirois.

Ce dernier constate aussi une baisse de l’aide des entreprises lors du temps des fêtes. « Jusqu’à tout récemment, nous recevions une somme d’argent pour acheter un dindon et un jambon pour chaque famille. Maintenant, nous nous faisons dire qu’il faut choisir entre un des deux », déclare-t-il.

Malgré tous ces obstacles, M. Chabot garde son optimisme pour cette année. « Tant qu’il y aura des gens qui se retrouveront dans le besoin, nous serons là pour les aider. Grâce à la guignolée, nous pouvons nous assurer que ces personnes n’auront pas à penser à gratter les fonds de tiroirs entre Noël et le Jour de l’An », affirme-t-il.

L'an dernier, grâce à l'argent et aux denrées récoltées lors de leur guignolée, la SSVP a distribué des paniers de Noël à 14 000 personnes.

emmanuel.delacour@24-heures.ca

 
 

Incontournables