24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Éducation de l’environnement

L’UQÀM pourrait créer le premier centre canadien

09/11/2011 16h07 - Mise à jour 09/11/2011 16h23

La professeure au Département d'éducation et pédagogie à l'UQÀM et responsable de l'unité de recherche en éducation relative à l'environnement, Lucie Sauvé, pourrait mener le premier centre de recherche issu de la chaire.
Photo Étienne Laberge 24H
La disparition de la Chaire de recherche en éducation relative en environnement de l’UQÀM, en juin dernier, pourrait bientôt donner naissance au tout premier centre de recherche du même acabit au Québec et même au Canada.

Le nouveau centre en question, qui demeurerait à l’Université du Québec à Montréal, aurait les mêmes objectifs que la défunte chaire. Toutefois, il profiterait d’une plus grande liberté d’action puisqu’il ne serait pas lié au Conseil de recherche scientifique du Canada de la même façon.

« Un centre de recherche aurait plus d’ampleur que la chaire et pourrait inclure plus de chercheurs et d’étudiants, et donc contribuer davantage au déploiement du champ d’éducation à l’environnement », confie Lucie Sauvé, celle qui a mené la chaire durant ses 10 ans d’existence.

Pour le moment, une demande de financement formelle a été déposée au Fonds de recherche société et culture du Québec.

Une chaire qui prenait position

Une des vertus de la chaire de recherche en éducation relative en environnement était de refuser de s’en tenir à la collecte de données scientifiques.

On a souvent vu la chaire prendre position sur des questions brûlantes d’actualité non seulement au Québec, mais aussi dans les pays d’Amérique latine ( on pense aux minière canadiennes, par exemple ).

« Notre équipe ancre ses recherches dans des réalités socio-écologiques comme l’alimentation, l’énergie, les mines…, décrit Lucie Sauvé. Alors on ne peut pas se contenter de décrire le la froidement réalité. Nous sommes en éducation, et ceci nous appelle à clarifier notre propre rapport au monde. »

Preuve à l’appui, Mme Sauvé est elle-même à l’origine du Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste.

La chaire a aussi été impliquée dans de nombreux projets Montréalais bien connus, comme le Regroupement éco-quartiers, TOHU : la cité des arts du cirque, le Projet de lutte aux îlots de chaleur urbain, pour ne nommer que ceux-ci. Elle fut aussi l’hôte du 5e Congrès mondial d’éducation relative à l’environnement en 2009, rencontre qui avait accueilli 2 200 visiteurs de partout au monde.

etienne.laberge@24-heures.ca

 
 

Incontournables