24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Bibliothèques du Québec

Vers le livre numérique

26/09/2011 17h02 

Des étudiants de l’Université Concordia utilisent les nouvelles tablettes numériques que s’est procuré leur bibliothèque.
Photo : Sébastien St-Jean
Sans bruit, les livres numériques font leur entrée dans les bibliothèques du Québec. Ces dernières ont enrichi leurs collections virtuelles au fils des années et offrent un espace de plus en plus important aux nouvelles technologies. Certaines acquièrent même des tablettes de lecture pour leurs abonnés.

« L’arrivée du numérique a beaucoup d’impacts, surtout sur l’espace », note Hélène Roussel, directrice de la diffusion à Bibliothèque et Archives nationales Québec (BAnQ). Cette institution propose dorénavant une collection numérique comptant plus de 50 000 ouvrages numériques pouvant être empruntés par le biais de son site web.

Il suffit d’être résident du Québec pour y accéder, puis télécharger les livres disponibles dans leur format numérique. Le nombre d’emprunts simultanés est limité.

« Ils ont une chronologie dégradable. Après la durée de l’emprunt, le livre disparaît du support de l’usager qui l’a emprunté», explique-t-elle.

Dans les bibliothèques, plus d’espace est désormais dédié aux ordinateurs, aux lieux de lecture et de travail.

« On revoit la configuration des bibliothèques », renchérit Guylaine Beaudry, directrice de la bibliothèque de l’Université Concordia, qui s’est procuré 25 tablettes de lecture dans le cadre d’un projet pilote.

Par ailleurs, « le mètre carré coûte très cher à louer, explique-t-elle. Les bibliothèques pensent à entreposer une partie importante de nos collections hors des bibliothèques, puis à effectuer la navette lorsqu’on a des demandes d’emprunt pour les ouvrages qui y seraient entreposés ».

La vocation même du personnel des bibliothèques est chamboulée par le numérique. « Le service change complètement, lance Mme Beaudry. C’est de plus en plus difficile d’évaluer la valeur de l’information quand c’est numérique. Il faut aider les étudiants à trouver l’information pertinente et à utiliser les sources de façon convenable ».

Pas la fin de l’imprimé

L’arrivée du numérique dans les bibliothèques ne signifie pas pour autant la disparition des livres sur les rayons des bibliothèques, assurent Mme Beaudry et Mme Roussel.

« Les bibliothèques s’adaptent toujours, fait valoir cette dernière. Il y a quelques années, c’était le multimédia qui entrait dans nos bibliothèques. »

Pour l’instant, « nous sommes attentifs à la demande pour savoir quand on va glisser pour de bon de l’imprimé au numérique. C’est une question de préférence des usagers », soutient Mme Roussel.

Pourtant, « ça reste difficile de s’approvisionner », déplore-t-elle, soulignant tout de même que les bibliothèques québécoises son en négociations avec des éditeurs à cet effet.

Pour Mme Beaudry, le tout numérique soulève l’enjeu de la préservation des écrits dans le temps.

« Ça prend des entrepôts numériques fiables et il faut s’assurer que les fichiers restent visibles à travers le temps alors que les supports évoluent », croit, elle aussi, Mme Roussel.

sarah.belisle@24-heures.ca

 
 

Incontournables