24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Marois désire des états généraux

29/08/2011 08h51 

Pauline Marois
Photo: Archives 24 heures - Sébastien St-Jean

MONTRÉAL – La chef du Parti québécois (PQ), Pauline Marois, a demandé en fin de semaine à Gérald Larose, président du Conseil de la souveraineté du Québec (CSQ), d’organiser des états généraux du mouvement souverainiste.

Selon le quotidien Le Devoir, c’est à l’occasion d’une activité de financement présentée samedi par le CSQ, qui regroupe notamment des membres du Bloc québécois, de Québec solidaire et du PQ, que Mme Marois a ouvert la porte à des états généraux.

Cette demande a été confirmée par l’attachée de presse de la chef du PQ, mais cette dernière n’émettra pas de commentaire pour l’instant.

Auparavant, Pauline Marois avait préféré connaître l’opinion de la population souverainiste par l’entremise d’assemblées citoyennes.

D’après M. Larose, Mme Marois fait preuve d’un grand geste d’ouverture. « Ça veut dire qu’elle est soucieuse que ce projet d’indépendance du Québec soit le plus rassembleur possible, a indiqué M. Larose au quotidien montréalais. C’est signe que des gens sont capables de placer ce projet au-dessus de leurs intérêts personnels et partisans. »

De nombreux membres du Nouveau Mouvement pour le Québec (NMQ), qui a fortement critiqué le PQ, ont demandé la tenue d’états généraux, tout comme la coalition sur l’indépendance et le club politique de gauche SPQ Libre.

Peu importe la situation entre le PQ et le NMQ, la codirigeante de Québec solidaire, Françoise David, pense que le NMQ devra participer à ces états généraux. Elle a également mentionné que la démarche pour arriver à la souveraineté devra être au programme, tout comme le sens même de la souveraineté.

De son côté, l’instigateur du NMQ, Jocelyn Desjardins, a affirmé au Devoir qu’il ne croyait pas que le PQ soit le mieux placé, « avec ses 18 % d’appui dans les sondages », pour préparer un tel événement. Il propose que ce soit le rôle de la coalition Cap sur l’indépendance, qui ne regroupe pas de partis politiques, mais plutôt des organismes indépendantistes.

Le conseil d’administration du CSQ se penchera sur la possibilité de tenir des états généraux du mouvement souverainiste le 9 septembre.

 
 

Incontournables