24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Pont Mercier : les camionneurs exaspérés

16/06/2011 14h37 - Mise à jour 16/06/2011 15h06

Les camionneurs sont eux aussi prisonniers de la circulation.
Photo d'archives

Il n’y a pas que les automobilistes qui sont prisonniers de la route lorsqu’ils tentent d’accéder ou de sortir de l’île de Montréal aux heures de pointe : les camionneurs, interdits sur le pont Mercier, sont eux aussi piégés et doivent se rabattre sur un pont Champlain déjà surchargé.

 

Même si les camionneurs ne pouvaient déjà plus circuler sur Mercier en direction de Châteauguay depuis décembre 2010, ils craignent maintenant que la fermeture de cette structure ait pour effet d’engorger encore plus Champlain.

Le président-directeur général de l’Association du camionnage du Québec, Marc Cadieux, ne voit plus la lumière au bout du tunnel.

« Le pont Champlain est constamment en période de pointe. Impossible de l’emprunter sans être pris dans un bouchon de circulation, peu importe le moment de la journée », indique-t-il.

Des hausses à prévoir

Bouchons de circulation rime également avec hausse des frais d’exploitation, selon M. Cadieux.

Avec le prix du carburant qui a fait un bond important au cours des derniers mois, le PDG de l’Association prévoit que plusieurs entreprises devront hausser leurs tarifs, tout en demeurant compétitives, sans quoi certaines pourraient mettre la clé dans la porte.

Une hausse du transport des marchandises se traduit très souvent par une hausse sur les tablettes de magasins. « Il ne faudrait pas se surprendre de payer plus cher pour certains produits au cours des prochains mois », rappelle M. Cadieux.

Épouvantable

Questionnée à ce sujet, la présidente de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand, tient sensiblement les mêmes propos.

« C'est épouvantable pour les camionneurs.C'est impossible pour eux d'effectuer des livraisons à Montréal sans qu'il y ait des retards dans les circonstances actuelles », déplore-t-elle.

« C'est bien d'annoncer des investissements, mais il faut les faire. Peut-on se donner un plan de match? Présentement, les solutions de fond ne sont pas là », conclut-elle.

jeanmarc.gilbert@24-heures.ca

 
 

Incontournables