24 HEURES - Le jeudi 31 juillet 2014

Gilles Duceppe défend les intérêts de la Ville de Montréal

11/04/2011 19h19 

Le pont Champlain, à Montréal, relie l'île de la métropole à la Rive-Sud.
Photo: Joël Lemay
Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, se met au diapason du maire de Montréal, Gérald Tremblay, quant aux demandes pour sa ville qu’il a fait parvenir à tous les partis politiques fédéraux.

Remplacement du pont Champlain, construction d’une navette ferroviaire reliant l’aéroport Montréal-Trudeau au centre-ville, financement pour le logement abordable : voilà les principales demandes du maire que le Bloc entend revendiquer auprès du prochain gouvernement à Ottawa.

M. Duceppe a écrit lundi au maire Tremblay en réponse à la lettre que ce dernier avait envoyée à tous les partis politiques fédéraux le 6 avril dernier. Dans sa réponse de six pages, le chef bloquiste demande notamment à ce que la métropole obtienne sa juste part - à l’instar de Toronto et de Vancouver - pour la construction de sa future navette reliant l’aéroport Montréal-Trdueau à la gare centrale.

« Voilà un autre exemple qui démontre que le fédéral refuse d’accorder au Québec et à sa métropole un traitement équitable comparable à ce qu’il accorde aux métropoles des provinces », écrit M. Duceppe.

Il rappelle que le gouvernement du Québec a déjà annoncé une contribution de 200 millions $ pour mener à bien ce projet.

« Nous sommes toujours en attente du gouvernement fédéral dans ce dossier », souligne-t-il.

Comme le souhaite le maire Tremblay, M. Duceppe plaide également en faveur de la construction d’un nouveau pont pour remplacer le pont Champlain. Le Bloc estime que le fédéral doit ainsi y consacrer une enveloppe dédiée à ce projet plutôt que de puiser dans les fonds de la Porte continentale, ce qui nuirait, selon lui, à d’autres projets. Le parti demande à ce qu’Ottawa ouvre un bureau de projets et présente à court terme un budget pour le remplacement du pont.

En ce qui a trait au financement des infrastructures municipales, le Bloc déplore les « contributions modestes » du gouvernement Harper et des gouvernements précédents.

Pour pallier cette situation, le Bloc croit qu’Ottawa se doit de regrouper ses programmes sous la forme d’un « fonds de transfert unique », « prévisible et inconditionnel », qui permettrait, selon M. Duceppe, de respecter les compétences du Québec. En vertu de ce fonds, le fédéral assumerait 50 % des dépenses, alors que le Québec assumerait 35 % et les municipalités 15 %. Traditionnellement, les trois ordres de gouvernement se divisent la facture à parts égales.

Environnement

Dans le domaine de l’environnement, le Bloc demande à ce que les paiements provenant de la taxe sur l’essence soient indexés.

Il croit aussi que des efforts doivent être apportés pour réduire la « dépendance au pétrole ». M. Duceppe propose ainsi de favoriser l’implantation à grande échelle de la voiture électrique en mettant en place une fiducie au profit des provinces.

Le Bloc est aussi d’avis que le fédéral se doit de «réinvestir massivement» dans le logement social, communautaire et abordable, tout comme le maire Gérald Tremblay, qui souhaite un financement continu et récurrent.