24 HEURES - Le samedi 18 novembre 2017

Le prix de l’essence trop élevé à Québec, selon le CAA

22/12/2010 09h58 

Photo d'archives
CAA-Québec estime que les gens de la capitale provinciale ont payé trop cher pour leur essence au cours des 40 derniers jours.

L’organisation a souligné dans un communiqué, émis mercredi matin, que si le prix fluctue dans les autres régions de la province, celle de Québec a vu la marge au détail de l’essence se maintenir à 8 cent/litre depuis le 10 novembre. La moyenne provinciale, depuis un an, est de 5,1 cent/litre, donc trois cents de moins que ce Québec a connu depuis un peu plus d’un mois.

CAA-Québec déplore la situation, qu'elle juge «injustifiée».

« Depuis le 10 novembre, le prix à la pompe dans la région de Québec a toujours été supérieur au prix réaliste de CAA-Québec affiché sur son sous-site Info Essence », fait valoir Sophie Gagnon, directrice principale des relations publiques et gouvernementales de CAA-Québec.

De plus, même lorsque le coût d'acquisition de l'essence tend vers le bas, le prix à la pompe, lui, ne suit pas la même tendance.

«C'est donc dire que les automobilistes ne profitent pas de la baisse du coût du produit au moment de faire le plein puisque l'industrie n'ajuste pas son prix à la baisse. Cela représente probablement des dizaines de milliers de dollars que l'industrie prélève sans raison dans les poches des automobilistes », soutient Mme Gagnon.

Différent à Sherbrooke et Montréal

Depuis le 8 octobre dernier, à Sherbrooke, le prix à la pompe est demeuré inchangé, à l'exception d'une matinée.

À 109,4 cents le litre, les automobilistes de Sherbrooke ont assumé une marge au détail moyenne de 2,5 cents/litre depuis le 10 novembre, soit bien en deçà de la marge moyenne provinciale.

De leur côté, les automobilistes montréalais ont dû composer avec une marge au détail fluctuante, mais qui s'établit en moyenne à 5,7 cents/litre depuis la même date, ce qui s'apparente à la marge observée pour cette région au cours des 52 dernières semaines par CAA-Québec.

«Les automobilistes montréalais ont dû faire face à des augmentations et à des marges plus élevées au cours de cette même période, mais au moins le marché s'ajuste plus rapidement », observe Mme Gagnon.

«Ainsi, au courant d'une même semaine, il est possible de faire le plein en ayant des prix plus près des indicateurs du marché. Ce qui n'est malheureusement pas le cas à Québec.»

Le bilan annuel de CAA-Québec sur les prix de l'essence sera rendu public dans quelques semaines.

 
 

Incontournables